Facebook Twitter

Les Frac membres de Platform

Programmation

Collection

Coordonnées

Frac Champagne-Ardenne

Programmation

Actuellement

À consulter

Du 1er janvier 2017 au 1er janvier 2018

www.frac-champagneardenne.org

Prochainement

Consultez le site du Frac.

 

 

Archives

2016

happy ending

Du 22 janvier au 30 avril 2016

 

Le FRAC Champagne-Ardenne présente une exposition consacrée à sa collection, la première à être présentée dans ses espaces depuis 2008.

 

Cette exposition offre une présentation d'œuvres récemment entrées dans la collection du FRAC Champagne-Ardenne, parmi lesquelles celles de Francesco Arena, Charles Atlas, Sylvie Auvray, Dara Birnbaum, Rossella Biscotti, Tom Burr, Antoine Catala, Guy de Cointet, Ann Craven, Dexter Dalwood, Hassan Darsi, Plamen Dejanoff, Marcelline Delbecq, Julien Discrit, Jimmie Durham, Ruth Ewan, Michel François, Linda Fregni Nagler, Aurélien Froment, General Idea, Oscar Giaconia, Jean-Michel Hannecart, Sharon Hayes, Charline von Heyl, Barbara Kasten, Nick Mauss, Mathieu Mercier, Ciprian Muresan, Lisa Oppenheim, Silke Otto-Knapp, Christodoulos Panayiotou, Amalia Pica, Falke Pisano, Émilie Pitoiset, Loïc Raguénès, Lili Reynaud Dewar, Clément Rodzielski, Wilhelm Sasnal, Peter Saville & Anna Blessmann, Valerie Snobeck, Catherine Sullivan, Lilli Thiessen, Niels Trannois, Jean-Luc Verna, Danh Vo.

 

Christodoulos Panayiotou, If Tomorrow Never Comes, 2007
Collection FRAC Champagne-Ardenne

 

 

2015

Lara Schnitger

Suffragette City

Du 9 octobre au 27 décembre 2015

 

Lara Schnitger (née en 1969 à Haarlem (Pays-Bas) ; vit et travaille à Los Angeles et Amsterdam) s'intéresse tant à la sculpture qu'à la création de vêtements ou à la performance, dans une démarche hybride qui mêle sexualité, féminité ou graffiti. Son travail explore les relations entre les traditions artistiques académiques et des pratiques plus urbaines telles que la musique, la mode ou la performance.

 

Pour son exposition personnelle au FRAC Champagne-Ardenne, la première dans une institution publique française, Lara Schnitger présentera notamment Suffragette City (2015), installation composée de tapisseries colorées, de bannières et de sculptures réalisées en tissu et en bois. À la fois célébration de la féminité et manifeste politique, cette œuvre emprunte au langage des mouvements féministes radicaux pour interroger des notions telles que le genre, l'identité ou la sexualité.

champagne-ardenne-schnl

Lara Schnitger, I Want Kids, 2005
© Droits réservés

Lisa Oppenheim

Langue héréditaire

Du 26 juin au 20 septembre 2015

Vernissage le jeudi 25 juin 2015 à partir de 18h00 en présence de l'artiste

 

Commissaire de l'exposition : Florence Derieux

 

À l'occasion de sa réouverture, le FRAC Champagne-Ardenne présente la toute première exposition personnelle en France de l'artiste américaine Lisa Oppenheim. Sa pratique artistique se situe dans la droite ligne de la photographie conceptuelle, des artistes de la « Pictures Generation » et du cinéma structuraliste américain. Elle s'intéresse tout particulièrement à l'histoire de la photographie et de ses pionniers, ainsi qu'à l'évolution de ses techniques au cours du temps. Ses œuvres impliquent souvent une relation entre le processus photographique original de la photographie trouvée et celui que l'artiste instaure dans son utilisation de cette dernière. Une sorte d'exhumation photographique permettant au passé et au présent de s'informer l'un et l'autre.

 

Les photographies et vidéos de Lisa Oppenheim sont créées à partir d'images et de documents existants qu'elle s'approprie, retravaille et transforme par le biais de différentes techniques historiques et contemporaines. Son processus de travail trouve bien souvent sa source dans Internet où elle recherche des images et des objets qu'elle réinterprète photographiquement en utilisant à la fois des technologies analogues et numériques. De par cette approche, le processus devenant lui-même le matériau de base, l'artiste offre aux images photographiques de nouvelles formes et de nouveaux contextes.

 

Ces dix dernières années, elle a ainsi produit un corpus d'œuvres qui explore l'usage de l'image - d'histoire, d'actualité, documentaire... - dans nos sociétés contemporaines, une démarche que l'on pourrait qualifier d'« archéologie du temps et de la culture visuelle ».
À l'occasion de son exposition à Reims, intitulée Langue héréditaire, Lisa Oppenheim présentera deux œuvres produites spécifiquement par le FRAC Champagne-Ardenne. La première, Hereditary Language, est un film qui s'origine dans une pièce sonore éponyme de Les Levine, dans laquelle des enfants témoignent de leurs angoisses quant à la vie et au futur. La seconde est une ambitieuse installation photographique qui fait écho à une série de peintures créées par Ann Craven pendant sa résidence à Reims, en 2008, et présentée la même année dans son exposition personnelle au FRAC. Un ensemble d'œuvres produites en collaboration avec la Kunstverein de Hamburg et la Kunstverein de Graz, ainsi que des œuvres plus anciennes, viennent compléter ces deux projets inédits.

 

Une première monographie consacrée à son travail, intitulée Works 2003-2013 et coéditée par le FRAC Champagne-Ardenne, la Kunstverein de Hamburg et la Kunstverein de Graz, est publiée par Sternberg Press.

Lisa Oppenheim (née en 1975 à New York, où elle vit et travaille) a récemment bénéficié d'expositions personnelles à la Kunstverein de Hamburg (Forever is Composed of Nows, 2014), à la Kunstverein de Graz (From Abigail to Jacob (Works 2004-2014), 2014) et à la Kunstverein de Göttingen (Everyone's Camera, 2013). Son travail a par ailleurs été présenté dans de nombreuses expositions d'envergure, notamment The New Photography au Museum of Modern Art de New York et l'ICP Triennial 2013 à l'International Center of Photography de New York, en 2013. En 2015, elle participera à deux importantes expositions au Guggenheim Museum de New York et au J. Paul Getty Museum de Los Angeles. En octobre 2014, elle a été lauréate de deux prix photographiques internationaux importants, le Aimia | AGO Photography, Ontario, Canada, et le Shpilman International Prize for Excellence in Photography, Jérusalem, Israël.
Lisa Oppenheim est représentée par les galeries The Approach à Londres, Juliette Jongma à Amsterdam et Tanya Bonakdar à New York.

 

Avec le soutien de Champagne Pommery, de Champagne Taittinger et de la Maison Fossier

 

oppenheim07

Vue de l'exposition de Lisa Oppenheim, Langue héréditaire, FRAC Champagne-Ardenne, 2015

2014

Hors les murs
Hélène Agofroy

27m2

Du 27 novembre 2014 au 23 janvier 2015

À l'invitation du centre d'art contemporain Passages, le Frac Champagne-Ardenne a convié l'artiste d'origine troyenne Hélène Agofroy à y présenter une exposition monographique, où sera notamment présenté son dernier film, Arrangements.


Au début des années 1980, Hélène Agofroy (née en 1953 à Troyes ; vit et travaille à Paris) entreprend une oeuvre de sculpteur au sein de laquelle elle articule des formes géométriques faisant écho aux figures complexes qui construisent l'espace de la peinture de la Renaissance.
Son intérêt pour la peinture et les enjeux du système perspectif ancre d'emblée son travail dans une réflexion sur les relations entre l'espace réel et concret de l'expérience et celui de la représentation, abstrait et culturel. Explorant les passages du plan au volume, les oeuvres de cette période usent de procédures minimalistes et de la sérialité, la répétition, la variation de structures élémentaires et s'offrent à l'expérience du spectateur.
Dans les années 1990, son champ de référence s'élargit aux domaines de l'image et des signes. Le rapport à l'espace gagne celui de la présentation des oeuvres. Les moyens se démultiplient ; peinture, installation, photographie, vidéo, textes, participent désormais de l'oeuvre. L'artiste reste cependant attachée à l'idée de la forme, à la manière dont elle se constitue au sein d'un travail plastique et dont elle est identifiée par le spectateur selon le contexte où elle se donne à voir.


L'exposition au centre d'art contemporain Passages réunira le film Arrangements (2012) et l'installation Home-Scape (2005). Le premier suit les transformations d'une petite maison tout au long du 20e siècle jusqu'à aujourd'hui. Entièrement réalisé en studio, il place la notion de décor au centre des interrogations autobiographiques et de l'Histoire.
Hélène Agofroy a vécu jusqu'à l'adolescence en face de l'usine à laquelle la maison était accolée. De ces souvenirs, elle a extrait un élément, le seul qui ait survécu à la fin de l'industrie textile : cette petite construction, maintenant déplacée au pied de terrains de tennis, sorte de « maison-témoin » du passage de l'industrie aux loisirs. Quant à Home-Scape, compilation d'archives consultables, elle rend compte du projet participatif Home-Made (2003) : une enveloppe contenant la maquette en carton de la maison évoquée plus haut était ainsi donnée à chaque participant, qui l'emportait dans ses voyages. Il était ensuite invité à la construire et à la positionner dans des lieux ou des situations de son choix, documentant son action par des photos ou vidéo postées sur le site Internet dédié.

 

LIEU
Centre d'art contemporain Passages
9, rue Jeanne d'Arc
F - 10 000 Troyes
T 03 25 73 28 27


RENSEIGNEMENTS
Frac Champagne-Ardenne
1, place Museux
F - 51100 Reims
T 03 26 05 78 32
i.marolla@frac-champagneardenne.org

ha-web002

2013

Hors les murs
les 30 ans du Frac Champagne-Ardenne

expérience pommery #11 "Une Odyssée"

Du 15 novembre 2013 au 30 juin 2014

 

Commissaire de l'exposition : Florence Derieux

 

Artistes présentés : Robert Adams, Saâdane Afif, Francesco Arena, Charles Atlas, Sylvie Auvray, Davide Balula, Dara Birnbaum, Anna Blessmann & Peter Saville, John Bock, Nicolas Boulard, Chris Burden, Tom Burr, Stéphane Calais, Pier-Paolo Calzolari, Mircea Cantor, Antoine Catala, Guy de Cointet, John Coplans, Andrew Dadson, Danica Dakic, Plamen Dejanoff, Marcelline Delbecq, Jeremy Deller & Alan Kane, Erik Dietman, Willie Doherty, Jimmie Durham, Eric Duyckaerts, Latifa Echakhch, Ruth Ewan, Robert Filliou, Cyprien Gaillard, General Idea, Dan Graham, Rodney Graham, Raymond Hains, Sharon Hayes, Lothar Hempel, Pierre Huyghe, Alain Jacquet, Pierre Joseph, Jesper Just, Barbara Kasten, Yuri Leiderman, Glenn Ligon, Michel Majerus, Nicola Martini, Gustav Metzger, Matt Mullican, Cirpian Mureşan, Lisa Oppenheim, Christodoulos Panayiotou, Seth Price, Philippe Ramette, Lili Reynaud Dewar, Joëlle Tuerlinckx, Uri Tzaig, Julia Wachtel, Emily Wardill, Apichatpong Weerasethakul, James Welling.

 

L'Expérience Pommery #11 célèbre le 30e anniversaire du FRAC Champagne-Ardenne dans les caves des champagnes Pommery que Paul-François et Nathalie Vranken ouvrent chaque année aux artistes de notre temps. L'exposition a été confiée à Florence Derieux, directrice du FRAC Champagne Ardenne depuis 2008. matali crasset, designer et présidente du FRAC depuis 2012 a également accepté l'invitation du Domaine Pommery en réalisant la scénographie de l'exposition. Une Odyssée : les 30 ans du FRAC Champagne-Ardenne s'articule, d'une part, autour de la présentation de 30 chefs-d'œuvre issus de sa remarquable collection dans des espaces encore inédits du Domaine Pommery et, d'autre part, d'un spectaculaire parcours d'œuvres dans ses magnifiques et mystérieuses caves aménagées par Madame Pommery à la fin du 19e siècle, s'appuyant sur les anciennes crayères gallo-romaines. A cela s'ajoute la redécouverte d'une œuvre monumentale du célèbre artiste américain Chris Burden et sa restauration, initiée grâce à la générosité du groupe Vranken-Pommery.

 

Une Odyssée, s'inspirant de ces lieux extraordinaires et de la célèbre épopée grecque antique, se développe sous la forme d'un récit de voyage empli d'aventures singulières conté par des voix multiples. Illustrant différents points de vue et offrant des choix de lecture divers, l'exposition reflète ainsi trente ans d'une aventure commune animée par une multitude d'individus qui, chacun et tous ensemble ont écrit l'histoire de cette institution unique. Trente ans d'art, de recherche, de production, d'expérimentation, d'échanges, de collaborations, d'expériences... Une Odyssée illustre un chemin parcouru et à parcourir encore pour se trouver, ou se retrouver. L'exposition permet par exemple de rendre un hommage appuyé à Raymond Hains, artiste incontournable et figure tutélaire du FRAC Champagne-Ardenne, et à son exposition fondatrice, intitulée Paris/Pâris, organisée en 1987 par Catherine Bompuis au Centre d'art Passages à Troyes. L'immense maquette reproduisant les paysages de vignes de Champagne de Chris Burden est en outre présentée ici pour la toute première fois depuis sa création en 1995, à Reims, incitée par Nathalie Ergino. En tout, près d'une centaine d'œuvres sont à découvrir ou redécouvrir tout au long de cette odyssée.

 

Enfin, le projet développé par le studio de design graphique Gavillet & Rust autour de la collection du FRAC Champagne-Ardenne dans le cadre de la manifestation nationale des 30 ans des FRAC est également présenté sous la forme d'affiches dans l'espace public rémois, de drapeaux à l'entrée du Domaine Pommery et de panneaux JCDecaux dans les caves.

Exposition réalisée avec le soutien de JCDecaux - Direction régionale Lorraine-Champagne-Ardenne.

 

pommery

© Gavillet & Rust

Hors les murs
Gavillet & Rust

Dans le cadre des Pléiades - 30 ans des FRAC

Du 26 mai au 10 juin 2013

 

À l'occasion de l'exposition régionale du FRAC Champagne-Ardenne, le studio de design graphique suisse Gavillet & Rust (chargés de l'identité graphique du FRAC depuis 2008), aujourd'hui internationalement reconnu, est invité à réagir graphiquement à sa collection.

Les designers graphiques sont invités à réaliser des affiches / expositions présentant graphiquement des œuvres de la collection spécifiquement sélectionnées. Cette mise en forme graphique sert à la fois de support pour l'exposition et d'outil de communication, tout en pouvant suppléer à l'exposition.

En résonance à ces affiches seront adjointes les œuvres qu'elles représentent, illustrant ainsi les rapports existant entre la représentation de l'œuvre dans le contexte de sa communication visuelle et l'œuvre réelle, installée dans l'espace d'exposition. Une scénographie sera réalisée par les designers graphiques en étroite collaboration avec l'équipe curatoriale du FRAC Champagne-Ardenne, mettant en exergue ces questions liées à l'œuvre et son image, l'objet et sa représentation.

 

Cette exposition s'inscrit dans le cadre des 30 ans du FRAC Champagne-Ardenne. Entre 2012 et 2014, afin de célébrer l'anniversaire de la création des FRAC en France (1982) et celle du FRAC Champagne-Ardenne (1984), ce dernier présente 30 manifestations connues en collaboration avec 30 lieux partenaires localisés sur l'ensemble du territoire de la région Champagne-Ardenne.

 

champagnea-frac-logo30ans2

© Gavillet & Rust, 2012

2012

Plamen Dejanoff / The Bronze House

Du 28 septembre au 30 décembre 2012

 

Cette exposition s'inscrit dans le projet de réalisation du plus grand monument en bronze jamais créé, qui sera construit en Bulgarie après avoir été présenté dans de prestigieuses institutions européennes. Cette exposition aborde le projet dans son ensemble en réunissant des travaux préparatoires, des maquettes et des éléments composant la Bronze House.

 

Sterling Ruby / Soft Work

Du 25 mai au 26 août 2012


En 2008, la célèbre critique d’art du New York Times, Roberta Smith, décrivait Sterling Ruby comme l’un des artistes majeurs du début du 21e siècle et ajoutait « cela fait seulement huit ans, bien sûr, mais cette prédiction pourrait bien se révéler exacte ». Sterling Ruby est aujourd’hui l’un des artistes les plus importants sur la scène artistique internationale. Son œuvre, prolifique, comprend tout à la fois des céramiques biomorphiques abondamment vernies, des sculptures en uréthane expansé, des toiles peintes au spray, des dessins au vernis à ongles et des collages ou vidéos hypnotiques, qui prennent leur source dans des champs extrêmement variés allant de l’architecture moderniste à la culture urbaine ou à l’esthétique du bodybuilding, pointant les mécanismes de coercition.

Pour sa toute première exposition en France, intitulée Soft Work, Sterling Ruby réalise une importante installation inédite et spécialement conçue pour le lieu, dense et riche d’éléments qui se jouent de l’ensemble des espaces d’exposition du Frac Champagne-Ardenne, présentant un aspect particulier et significatif de son œuvre que sont les « soft sculptures » (sculptures molles). Prenant possession de l’espace d’exposition, l’installation s’approprie ses hauteurs et joue de superpositions et d’entassements, entraînant le spectateur dans un maelström esthétique. Cette installation, qui n’a encore jamais été présentée auparavant, réunit des pièces d’une grande radicalité formelle, telle que les séries Vampire et Husband & Child, ainsi qu’un ensemble intitulé Flags. À l’étage sont par ailleurs exposées un grand nombre de « bouches de Vampire », qui investissent tout l’espace.

Sterling Ruby propose un contrepoint à l’héritage moderniste à travers un corpus d’œuvres multiformes, qui opèrent par transformation, imitation et assimilation, ce que les « soft sculptures » révèlent tout particulièrement. Dans ces œuvres, l’utilisation qui est faite de larges pièces de tissus renvoie à l’univers domestique. L’artiste transforme les oreillers, couvertures et autres kilts qu’il utilise en objets sculpturaux, révélant que les sentiments de sûreté et de sécurité qui leurs sont associés ne sont finalement qu’une illusion. Ces sculptures monumentales, pop et ludiques, sont également l'occasion de questionner l’espace et la notion de « genre ».

Né en 1972 à Bitburg (Allemagne), Sterling Ruby vit et travaille à Los Angeles. Il a exposé dans de nombreuses institutions et galeries, parmi lesquelles le Museum of Contemporary Art de Los Angeles et la Galleria d’arte Moderna e Contemporanea de Bergame. Il est représenté par les galeries Xavier Hufkens (Bruxelles), Sprüth Magers (Berlin/Londres), Taka Ishii Gallery (Tokyo) et Foxy Production (New York).

Cette exposition est organisée en collaboration avec le Centre d’art contemporain de Genève.

L’exposition de Sterling Ruby a reçu le soutien d’Étant donnés, Fonds franco-américain pour l’art contemporain et des galeries Xavier Hufkens, Bruxelles et Sprüth Magers, Berlin/Londres.

Avec le soutien de Veuve Clicquot Ponsardin, Maison fondée en 1772.
               

Emily Wardill

The hands of a clock, even when out of order, must know and let the dumbest little watch know where they stand, otherwise neither is a dial but only a white face with a trick mustache

Du 3 février au 22 avril 2012

 

Les concepts philosophiques, politiques et psychanalytiques forment l'essence même des films d'Emily Wardill. Ils retracent ainsi une histoire de la pensée, par le biais de narrations multiples, agrémentées de nombreuses pistes sonores composées par l'artiste. Sa grammaire filmique est pour le moins mystérieuse, puisque les codes classiques de l'interprétation y sont obsolètes, et qu'il nous faut donc pénétrer dans ce qui semble être une représentation fascinante de l'inconscient. Plusieurs niveaux de narration s'entrecroisent, rappelant parfois les formes fassbinderiennes du mélodrame, et permettant d'associer un propos éminemment politique à des références visuelles plus populaires. Tout son travail semble donc être une vaste expérience scientifique qui catapulte le regardeur en suspension entre le postulat de départ et le résultat final, là où l'irrationnel devient un passage obligé pour parvenir à comprendre une situation donnée.


Pour sa première exposition dans une institution française, intitulée The Hands Of A Clock, Even When Out Of Order, Must Know And Let The Dumbest Little Watch Know Where They Stand, Otherwise Neither Is A Dial But Only A White Face With A Trick Mustache, Emily Wardill présente notamment son tout dernier film, Fulll Firearms (90', HD), commandité par If I Can't Dance, I Don't Want To Be Part Of Your Revolution (Amsterdam), Serpentine Gallery (Londres) et Film London's FLAMIN Productions, et co-produit par Arts Council England - Film London Artists' Moving Image Network et City Projects (Londres) avec le soutien du M HKA (Anvers), de la Badischer Kunstverein (Karlsruhe), du Frac Champagne-Ardenne (Reims), de la Commission Européenne (Bruxelles) et de la Fondation Mondrian (Amsterdam).

 

fulll-firearms-office3

Emily Wardill, Fulll Firearms, 2012
 

2011

Louise Hervé & Chloé Maillet

Où l'on incendie le diorama

Du 23 septembre au 30 octobre 2011

 

En traitant avec le même sérieux des faits relevant de l'histoire culturelle, de la littérature fantastique ou de l'anecdote, Louise Hervé et Chloé Maillet tissent des récits qui sont de véritables pièges pour l'attention du spectateur ou de l'auditeur, les éléments s'emboîtant les uns dans les autres jusqu'au vertige.

Commissaire de l'exposition : Antoine Marchand

frac-champagneardenne-incendiediorama-bleu

Vue de l’exposition Où l’on incendie le diorama à la chapelle de l’Ancien Collège des Jésuites au Frac Champagne-Ardenne, 2011

frac-champagneardenne-incendiediorama-blanc

Vue de l’exposition Où l’on incendie le diorama à la chapelle de l’Ancien Collège des Jésuites au Frac Champagne-Ardenne, 2011

Ciprian Muresan

Du 23 septembre au 31 décembre 2011

 

Ciprian Muresan (1977, Roumanie) s'approprie des références historiques, sociales et culturelles qu'il recontextualise afin d'analyser les mécanismes de diffusion de la culture, l'utopie moderniste et les relations ambivalentes voire contradictoires entre la mémoire de l'histoire récente et l'expérience des réalités actuelles.

leap-into-the-void

Ciprian Muresan
Leap into the void, after three seconds,
b/w print,
70/ 100 cm,
2004

Julien Carreyn / Nick Mauss

Du 13 mai au 14 août 2011

 

Le Frac présente simultanément deux expositions personnelles : Julien Carreyn (1973, France) et Nick Mauss (1980, Etats-Unis) partagent un même désir d'imaginaire et d'esthétisme. Particulièrement intéressés par des techniques de reproduction anciennes et/ou rudimentaires, tous deux ont choisi de privilégier le dessin en tant que processus créatif pour tenter de créer un nouveau langage.

dsc0249

Vue de l’exposition Lyot de Julien Carreyn au Frac Champagne-Ardenne jusqu’au 14 août 2011.
Photographie : Isabelle Giovacchini

dsc0142-copie

Vue de l’exposition Disorder de Nick Mauss au Frac Champagne-Ardenne jusqu’au 14 août 2011.
Photographie : Isabelle Giovacchini

Tom Burr

Du 4 février au 17 avril 2011

du mardi au dimanche de 14h à 18h

Frac Champagne-Ardenne - 1 Place Museaux - 51 100 Reims

t 03 26 05 78 32

www.frac-champagneardenne.org

 

Le travail de l'artiste américain Tom Burr revisite le vocabulaire formel des avant-gardes et néo-avant-gardes et mêle iconographie pop, culture homosexuelle ou esthétique underground. L'investigation conceptuelle qu'il mène questionne la manière dont l'identité se construit ou se trouve contrainte par la société.

2010

Anna + Peter Swing Project 1

Du 1er octobre 2010 au 2 janvier 2011

du mardi au dimanche de 14h à 18h

Frac Champagne-Ardenne - 1 Place Museaux - 51 100 Reims

t 03 26 05 78 32

www.frac-champagneardenne.org

 

 

 

A l'invitation du Frac Champagne-Ardenne, Peter Saville et Anna Blessmann, respectivement designer et artiste, élaborent ensemble l'exposition Swing Project 1, première étape d'un projet de grande envergure qui explore la notion d'hybridité à l'oeuvre dans la société contemporaine, tout en offrant mille et un possibles.

Dexter Dalwood

Du 11 juin au 15 août 2010

 

Première rétrospective du travail de l'artiste anglais Dexter Dalwood , qui peint le passé récent dans la grande tradition de la peinture d'histoire. Par le biais d'un collage d'images tirées des médias, de l'histoire de l'art et de sa propre connaissance et imagination, il figure ce qu'il représente comme les repères de notre conscience collective.

Latifa Echakhch - Le rappel des oiseaux

Du 2 avril au 23 mai 2010

 

Latifa Echakhch s'intéresse tout particulièrement au concept d'Histoire et à ses processus d'élaboration. À travers ses œuvres, elle souligne le caractère quotidien, récurrent, des pratiques sociétales de détermination et questionne sans cesse les clichés, les généralisations et les préjugés qui en résultent.

Antiteater

Du 22 janvier au 14 mars 2010

 

Lili Reynaud Dewar : née en 1975, vit et travaille à Paris.

 

Lili Reynaud Dewar met en place des dispositifs hybrides et surchargés, liés notamment à la notion de camp, ouvrant de nouvelles perspectives sur des réalités contemporaines. Elle pratique l'appropriation, faisant sienne une nouvelle mythologie de sources empruntées, détournées,  réhabilitées, rejouées, de cultures alternatives « black, rasta, punk, queer, gay, féministe », questionnant ainsi, dans nos sociétés occidentales, la place des cultures marginales, alternatives, minoritaires, qu'elle qualifie de périphériques.

041

Lili Reynaud Dewar, vue de l’exposition Black Mariah.

2009

Marine Hugonnier — Part 3

Du 27 novembre 2009 au 3 janvier 2010

Visites publiques : dimanche 6 décembre 2009 et dimanche 3 janvier 2010 à 16h00

Visite pour les enseignants : mercredi 2 décembre à 14h30

Visite « nuit des musées spéciale étudiants » : mercredi 2 décembre de 20h00 à minuit

Visite « reims scènes d'europe » : jeudi 17 décembre à 19h00

 

Partant du constat que tout ce que nous appréhendons visuellement  dépend du point de vue que nous adoptons, Marine Hugonnier développe un travail qu'elle décrit elle-même comme une politique de la vision. L'artiste explore, à la frontière du documentaire et de la fiction, les différentes modalités du cinéma et traite de questions mises en jeu par la production des images, et plus précisément des images en mouvement. Les films qu'elle réalise sont le plus souvent présentés comme des     installations qui évoluent en fonction du lieu d'exposition. Largement  diffusés dans les festivals de cinéma, ils dépassent aujourd'hui le cadre strict de l'art contemporain pour toucher le champ de l'anthropologie visuelle.

 

Marine Hugonnier a choisi de nommer son exposition au Frac Champagne-Ardenne Part 3 car elle présente le troisième volet de la  Trilogie des trois continents, débutée en 2003. Celle-ci n'avait encore jamais été exposée en France. L'exposition réunit un film, deux séries de photographies ainsi que des "livres" qui font plus particulièrement apparaître le goût de l'artiste pour l'exploration des liens entre histoire et géographie, et la façon dont un paysage détermine l'histoire d'un lieu et inversement.

 

Travelling Amazonia (2006) est le dernier opus de cette trilogie au travers de laquelle Marine Hugonnier explore les différentes modalités du cinéma. Tourné au cœur de la jungle amazonienne, ce film s'intéresse à la construction avortée de l'autoroute Transamazonienne, projet colossal développé dans les années 1970 au Brésil par la dictature militaire alors au pouvoir et qui avait pour but de connecter les côtes Atlantique et   Pacifique, soit un trajet de plus de 9000 kilomètres. L'objectif de l'artiste et de son équipe était de fabriquer un chariot et des rails en utilisant les mêmes matériaux que ceux qui servirent à construire l'autoroute   (caoutchouc, bois et métal) et de les installer sur la route pour effectuer un travelling. Ce plan rappelle la linéarité de la Transamazonienne et évoque à la fois les idéaux des pionniers et les desseins colonialistes liés à ce projet, questionnant ainsi les systèmes occidentaux de représentation.

Marine Hugonnier, Beach of the New World (Monte Pascoal National Park, Brazil) No.2, 2005. Courtesy Max Wigram Gallery, Londres.

 

Pour l'installation Wednesday (Monte Pascoal, Brazil) et Thursday (Monte Pascoal, Brazil), composée de deux photographies réalisées en 2005, Marine Hugonnier s'est rendue à l'endroit exact où le navigateur portugais Pedro Alvares Cabral a débarqué le 22 avril 1500. Alors qu'il suivait la nouvelle route des Indes, un ouragan a déporté Cabral vers les côtes, lui permettant de distinguer dans l'obscurité Monte Pascoal, un mercredi soir, et donc de découvrir ainsi le Brésil. Il dut néanmoins     attendre les premières heures du jour, le lendemain matin, pour pouvoir accoster.

Beach of the New World (Monte Pascoal National Park, Brazil) est une photographie datée de 2005 représentant la plage où Cabral et son équipage ont accosté le matin du jeudi 23 avril 1500. En nous présentant la vision de l'explorateur portugais, l'artiste fait référence à ces quelques heures dans l'histoire pendant lesquelles les idéaux, les croyances et l'imaginaire liés au Nouveau Monde ont pris corps dans la psyché occidentale.

 

Les Ouvrages géographiques accompagnent les films qui composent la Trilogie des trois continents : Ariana (2003), The Last Tour (2004) et Travelling Amazonia (2006). Ils sont composés d'images réunies par  Marine Hugonnier avant, pendant et après la réalisation de ces projets. Leur forme en accordéon permet d'en éditer le contenu de mille manières différentes.

 

Marine Hugonnier est née en 1969 à Paris. Elle vit et travaille à Paris et à Londres. Elle a récemment réalisé des expositions personnelles à la Villa Romana de Florence, la Kunstverein de Brauschweig, la Konsthall de Malmö, le MAMCO de Genève, le Philadelphia Museum of Art, la Fondazione Sandretto Re Rebaudengo de Turin et la Kunsthalle de Berne. Parallèlement, elle a notamment participé à des expositions de groupe au MACBA de Barcelone et au Kunsthaus de Graz. En 2007, son travail a été présenté dans le cadre de la 52e Biennale de Venise. La même année, elle a reçu le prestigieux London Film Award.

A l'occasion de cette exposition, une monographie de référence co-éditée par la Konsthall de Malmö, la Kunstverein de Braunschweig et le Frac Champagne-Ardenne est publiée aux éditions JRPlRingier.

01-mh-secretary-of-the-invisible

Marine Hugonnier, The Secretary of the Invisible, 2007
Courtesy Max Wigram Gallery, Londres

Week-end portes ouvertes au Frac Champagne-Ardenne

Les 17 et 18 octobre 2009

Samedi et dimanche à 16h Visites guidées de l’exposition de Boris Achour

Hors les murs
L'avenir d'une illusion

Du 18 septembre au 30 octobre 2009

Centre d’art contemporain Passages • 9, rue Jeanne d’Arc 10000 Troyes

Ouvert du lundi au samedi de 14h à 18h

Œuvres de la collection du Frac Champagne-Ardenne qui explorent la notion de perception.

Boris Achour, conatus: la rose est sans pourquoi

Du 11 septembre au 1er novembre 2009

 

Mêlant sans hiérarchie des éléments hétérogènes issus de champs culturels et formels très variés, l’oeuvre de Boris Achour constitue un système combinatoire ouvert et en perpétuelle évolution basé sur l’affirmation de la forme, la jubilation que procure la création, et la nécessité de la mise en relation.

2002

Gavillet & Rust — Exposition de Gavillet & Rust

Le 1er janvier 2002

L'exposition de Gavillet & Rust

À l’occasion de l’exposition régionale du FRAC Champagne-Ardenne, le studio suisse de design graphique Gavillet & Rust, auteur en 2008 de la nouvelle identité graphique du FRAC, est invité à porter un regard inédit sur la collection, envisagée à travers le prisme de la notion d’image, de sa reproduction et de sa diffusion. Leur projet se développera sous la forme d’une scénographie spécifique qui entrera en dialogue direct avec les oeuvres elles-mêmes, mettant en exergue tout un ensemble de questions liées à l’oeuvre et son image, l’objet et sa représentation, dans un subtil jeu d’«effet miroir».
Cette exposition s’inscrit dans le cadre des 30 ans du FRAC Champagne-Ardenne et aura lieu à Troyes, au Centre d'art contemporain / Passages. Entre 2012 et 2014, afin de célébrer l’anniversaire de la création des FRAC en France (1982) et celle du FRAC Champagne-Ardenne (1984), ce dernier présente 30 manifestations conçues en collaboration avec 30 lieux partenaires localisés sur l’ensemble du territoire de la région Champagne-Ardenne.

Gavillet & Rust
Designers graphiques - Nés en 1973 et 1969, Suisse

Chargés depuis 2008 de l'identité graphique du FRAC Champagne-Ardenne, les designers graphiques Gilles Gavillet et David Rust interviennent dans les milieux culturels et commerciaux, en se concentrant particulièrement sur le design éditorial et sur la création de logos. Leur studio est chargé, entre autres, de la direction artistique des éditions JRP|Ringier depuis 2004. Leurs travaux récents incluent le graphisme de catalogues du Centre Pompidou à Paris, l'identité visuelle du label Roc Nation crée par le rappeur Jay-Z et l'identité visuelle de la 54ème Biennale de Venise.
La charte graphique du FRAC Champagne-Ardenne a été totalement repensée par Gavillet & Rust à partir d'une réflexion autour d'une police de caractère moderniste suisse et de la réalisation des imprimés évoquant le patrimoine graphique de la région Champagne-Ardenne. Utilisée par l'équipe du FRAC, cette charte graphique peut être déclinée par les designers graphiques qui pour chaque nouvelle exposition, réalisent un nouveau graphisme.

© Gavillet & Rust, 2012

Portrait de Vincent Devaud et Gilles Gavillet © Droits réservés

Conversation entre Gilles Gavillet, Vincent Devaud et Florence Derieux, directrice du FRAC Champagne-Ardenne, extrait du catalogue Les Pléiades, coédition Flammarion-Platform, Paris 2013

Florence Derieux : Pouvez-vous nous présenter le projet que vous avez conçu pour l'exposition des 30 ans des FRAC ?
Gilles Gavillet : C'est un travail sur la reproduction et la représentation des œuvres. Nous allons produire un certain nombre d'affiches qui illustreront tout ou partie d'une œuvre de la collection du FRAC Champagne-Ardenne et joueront avec les possibilités de juxtaposition, de superposition, de confrontation, d'opposition des images.

Florence Derieux : Comment seront-elles présentées dans l'espace d'exposition ?
Vincent Devaud : On ne va pas forcément remplir tous les murs d'affiches, mais l'idée est que le public ait accès à une séquence de visuels organisée selon un protocole préétabli.

Florence Derieux : Comment abordez-vous les questions liées à la reproduction des œuvres, en termes de taille, de médium, s'il s'agit d'objets en deux ou trois dimensions, etc. ?
Gilles Gavillet : Le format original de l'œuvre est un élément ou un paramètre avec lequel nous allons jouer dans certains cas, mais qui n'est pas essentiel à l'expérience d'une œuvre au travers de sa reproduction. Recadrer certaines œuvres pour n'en reproduire qu'un détail nous permet parfois d'exalter davantage l'original qu'en le reproduisant intégralement.

Florence Derieux : S'agit-il d'une mise en scène de la collection ou d'un mode de présentation de celle-ci à proprement parler, qui pourrait s'affranchir de la présence même des œuvres ?
Gilles Gavillet : En réalité, c'est une présentation qui s'affranchit de toute présence des œuvres. Nous avons reçu l'invitation du FRAC à être les commissaires de l'exposition des 30 ans en tant que graphistes, c'est-à-dire en tant que spécialistes de l'image et de sa reproduction. Les problèmes conceptuels engendrés par la nécessité de faire dialoguer graphisme et art ne nous intéressaient pas dans ce contexte, qui nous permet de mettre en évidence d'autres enjeux.
En effectuant un choix d'œuvres et de mode de représentation, nous avons la possibilité de créer un espace dans lequel nous pouvons intervenir en concevant une séquence d'images. Pour chaque lieu d'exposition, un nombre d'affiches relatif à la surface métrique des murs du lieu sera livré. Avec cette séquence d'images, nous allons pouvoir construire l'espace et nous le réapproprier.

Les Pléiades, exposition collective réunissant les 23 FRAC aux Abattoirs - FRAC Midi-Pyrénées de Toulouse, du 28 septembre au 5 janvier 2013
Projet du FRAC Champagne-Ardenne. Gavillet & Rust, adams x burr x coplans x cordebard x de cointet x craven x dheurle x durham x filliou x fontcuberta x general idea x hains x hains x hains x kasten x majerus x majerus x rondeau x wall x welling (2013). Collection du FRAC Champagne-Ardenne. Photo : Cédrick Eymenier

Dates

Vernissage le 12 décembre
Exposition du 13 décembre 2013 au 7 février 2014 au Centre d'art contemporain / Passages à Troyes

Informations pratiques
FRAC Champagne-Ardenne
T 03 26 05 78 32
www.frac-champagneardenne.org