Facebook Twitter

Événements

Entretiens

04/01/18

Entretien avec Sarah Feuillas, jeune artiste invitée au Frac Grand Large  Hauts-de-France

 

Sarah Feuillas, artiste en résidence à la Malterie à Lille et exposée au Frac Grand Large – Hauts-de-FrancePermanent Déplacement (septembre – décembre 2017), revient sur la genèse de sa collaboration avec le Frac.


© Armand Morin


Comment se sont déroulés la rencontre et le début du projet avec le FRAC Grand Large – Hauts-de-France ?

 

Sarah Feuillas : Premièrement, grâce au réseau transfrontalier d’art contemporain 50° nord qui fédère des structures d’art contemporain et qui développe des projets artistiques dans des contextes très divers dont la biennale jeune création Watch This Space. Ce programme dédié à l’accompagnement émergent fait appel à des structures culturelles qui invitent un artiste à intervenir sous différentes formes et le soutiennent dans son projet. J’ai postulé à la biennale et Keren Detton, Directrice du Frac Grand Large – Hauts-de-France, a sélectionné ma candidature. À partir de février 2017, j’ai pu suivre une résidence de six mois sur le plateau de la Malterie à Lille afin de produire des pièces qui ont ensuite été montrées lors d’une exposition au Frac Grand Large dans un espace de 200 mètres carrés.

 

Comment avez-vous perçu, au départ cette invitation à concevoir ? Quels en étaient pour vous les enjeux ?

 

Sarah Feuillas : Cette invitation du Frac Grand Large a été une magnifique opportunité et j’ai été touchée par l’attention et l’accompagnement dédiés à mon projet. Je ne me suis pas sentie comme une jeune artiste, mais comme une artiste invitée. Après des études aux Beaux-Arts de Paris et un post-diplôme à l’École du Louvre en 2011, j’ai débuté un projet artistique autour du verre soufflé. L’enjeu de cette invitation était de pouvoir avancer et finaliser mon projet, d’apporter un autre souffle à la matière et un nouveau regard sur cette technique ancestrale. J’ai eu l’opportunité de rencontrer un artisan verrier à l’Atelier-Musée du Verre de Trélon qui est spécialisé dans l’industrie de verre et j’ai pu expérimenter différentes techniques. J’ai eu la possibilité de souffler mes propres pièces et le fait que nous soyons deux souffleurs à travailler sur le même moule était inédit. Pour ce projet, j’ai reçu une bourse de la biennale Watch This Space ainsi qu’un accompagnement financier de la Malterie de Lille et du Frac Grand Large.

 

En quoi cette expérience de soutien à la création a nourri votre pratique d’artiste ?

Et quelle approche avez-vous souhaité adopter pour concevoir cette exposition au Frac Grand Large ?

 

Sarah Feuillas : Lors de cette expérience, j’ai pu produire mes pièces grâce à l’éventail d’outils mis à disposition et nourrir ma démarche grâce à plusieurs rencontres déterminantes. Pour l’exposition au Frac, Keren Detton m’a proposé de dialoguer avec un artiste récemment acquis dans les collections. Notre choix s’est porté vers l’artiste autrichienne Aglaia Konrad car nos démarches se répondent : nous nous intéressons à l’architecture et aux paysages transformés par les hommes. La photographie tient également une place importante dans nos pratiques. Lors de la résidence, j’ai donc produit mes pièces tout en pensant à l’exposition qui se préparait au Frac. Keren Detton a eu un regard très juste sur la disposition de nos pièces dans l’espace. Elle a écrit un texte fabuleux sur la déambulation et la fragilité, deux notions qui sont au cœur de mon travail. L’exposition Permanent Déplacement (septembre – décembre 2017), s’inspire donc de nos voyages et se découvre par une déambulation entre nos sculptures et nos images.

 

Sarah, selon vous, que représente le soutien des FRAC à la jeune création pour le développement du parcours d’un artiste ?

 

Sarah Feuillas : Ce soutien apporté par le Frac Grand Large a été un vrai tremplin dans ma carrière d’artiste. Originaire de Paris, ce projet m’a permis de m’inscrire sur ce territoire qu’est la région Hauts-de-France et ces collaborations ont débouché sur plusieurs propositions de projets en France et à l’étranger. En 2018, j’ai été sélectionnée par la Ville de Lille pour participer à la résidence de l’Atelier Wicar situé à Rome, dont la Ville de Lille dispose depuis 1837. J’ai également exposé à la 67e édition de Jeune création à la galerie Thaddaeus Ropac à Pantin. À cette occasion, j’ai reçu un prix pour participer en mars 2018 à la résidence Eden créée par l’artiste français Sylvain Couzinet-Jacques. Cette résidence se déroule en Caroline du Nord aux États-Unis. Au mois d’avril prochain, je participerai également au premier volet de la résidence - exposition Devenir qui se tiendra au Collège des Bernardins à Paris. Le soutien des FRAC dans le parcours d’un jeune artiste est un déclencheur d’opportunités.

 

En savoir plus sur l'exposition

 

 

 

 

Photographies de l'exposition Permanent Déplacement au Frac Grand-Large prises par Aurélien Mole.