Facebook Twitter

The Frac members of Platform

Exhibitions

The Collection

Contact

Frac Poitou-Charentes

Exhibitions

Current

À consulter

Du 1er January 2017 au 1er January 2018

www.frac-poitou-charentes.org

Future

Please check the website of the Frac.

 

 

Archives

2016

Hors sol

en partenariat avec l'Observatoire de l'Espace, le laboratoire arts-sciences du CNES

Du 11 February au 14 May 2016

avec des œuvres de :
Paolo Codeluppi & Kristina Solomoukha
Kapwani Kiwanga | Nicolas Milhé | Bruno Petremann
Slimane Raïs | Erwan Venn | Fabien Zocco

 

En 1965, la fusée Diamant s'élançait depuis la base de lancement Brigitte à Hammaguir en Algérie, une date qui a marqué l'avènement de l'indépendance spatiale française. Cinquante ans plus tard, l'Observatoire de l'Espace a proposé à des artistes d'associer création et archives pour aborder cette mémoire et les questions contemporaines qu'elle soulevait.

Le FRAC Poitou-Charentes a été partenaire de l'Observatoire de l'Espace à toutes les étapes de ce projet artistique.

 

Les artistes Paolo Codeluppi & Kristina Solomoukha, Bruno Petremann et Erwan Venn, qui ont été retenus après un appel à projets, ont imaginé des œuvres à partir des archives du programme Diamant. La documentation fournie et les œuvres produites ont d'abord été présentées dans INterDÉPENDANCE au CNES lors de la Nuit blanche 2015 à Paris et sont maintenant exposées au FRAC Poitou-Charentes à Angoulême pour une deuxième phase du projet qui s'enrichit d'autres démarches artistiques (Kapwani Kiwanga, Nicolas Milhé, Slimane Raïs, Fabien Zocco).

 

en partenariat avec l'Observatoire de l'Espace,le laboratoire arts-sciences du CNES

collections FRAC Provence-Alpes-Côte-d'Azur et Observatoire de l'Espace du CNES ; prêts des artistes ; collections privées et production FRAC Poitou-Charentes

Une exposition conçue en partenariat avec l'Observatoire de l'Espace, le laboratoire arts-sciences du Centre National d'Études Spatiales en résonance avec les 50 ans du lancement de la fusée Diamant depuis le désert d'Hammaguir, qui marqua en 1965 l'avènement de l'indépendance spatiale française.

 

Hors sol

2015

Outside
Cardo & Decumanus

Du 3 July au 19 September 2015

 

Saâdane Afif & Guillaume Janot (ill.) | Karen Andreassian | Fayçal Baghriche | Marcel Broodthaers | Nicolas Cilins | Steven Cohen | Morgane Denzler | Pierre Joseph | Marin Kasimir | Bouchra Khalili | Peter Klasen | Regine Kolle | Joachim Mogarra | Kirsten Mosher | Thierry Mouillé | Bruno Peinado | Sarkis | Alain Séchas | Bruno Serralongue | Kristina Solomoukha
oeuvres de la collection du FRAC Poitou-Charentes

 

La Nouvelle Organisation des Territoires de la République induit, pour nous, la fondation d'une très grande région Sud Ouest Atlantique. Prend ainsi administrativement corps un espace de jonction géographique, historique, économique, et culturel entre l'intérieur des terres et le littoral océanique selon un axe Est-Ouest et entre le Nord de l'Europe et la péninsule Ibérique vers le Maghreb selon un axe Nord-Sud. Par voie terrestre ou fluviale et maritime, sur un mode commercial pacifiste ou conquérant agressif, l'espace de la nouvelle grande région a, de tous temps, fait fonction d'accès réciproque au lointain.

Alors que les technologies permettent une extrême célérité de l'information, un très large accès aux connaissances et une communication réticulaire globale donnant à chacun le sentiment de pouvoir habiter le monde, la matérialité de nos corps, de nos biens et de notre environnement naturel, les contingences de l'existence et les limites de notre pensée nous attachent à une aire restreinte, à un territoire physique, culturel, relationnel limité.

 

Les œuvres présentées évoquent une conscience d'un monde globalement nôtre, habitable et parcouru de perspectives lumineuses pour chacun. Elles établissent des liens entre l'ici et l'ailleurs, lient le local et le global. Elles content des voyages imaginaires et documentent des périples bien réels. Elles proposent d'hypothétiques cartographies ou des vues à distance sur l'autre, l'étranger. Elles expérimentent l'altérité et questionnent l'exotisme autant que l'identité. Elles convoquent notre dasein en nous confrontant avec le sort qui est fait à d'autres, aux antipodes. Elles rêvent une humanité harmonieuse et fraternelle. Elles rendent saillants des conflits et apparaissent comme des vecteurs d'empathie.

 

2014

Disparitions réciproques

Du 10 October 2014 au 1er March 2015

 

Artistes présentés :

Jérôme Allavena | Olivier Babin | Fayçal Baghriche | Marc Deneyer | Liz Deschenes | Hubert Duprat | Régis Fabre | Richard Fauguet | Hans Peter Feldmann | Vincent Ganivet | Rémy Hysbergue | Carine Klonowski | Bertrand Lavier | Rainier Lericolais | Chrystèle Lerisse | Miltos Manetas | Nicolas Milhé | Eileen Quinlan | Pierre Savatier | Ian Simms | Mitja Tusek | Marie Vindy
Collections Frac Poitou-Charentes, Frac Limousin et courtoisies des artistes et galerie Jean Brolly

 

À l'époque d'une production foisonnante d'images et de leur extrême diffusion, cette exposition propose d'envisager la trompeuse banalité à laquelle ce médium pourrait être réduit. En s'appuyant sur des démarches artistiques qui, encore aujourd'hui n'ont de cesse de l'interroger, il s'agit d'explorer ce qui constitue l'image au-delà de ses seules apparences.


«L'image, assignée à une mimêsis encensée autant que décriée, est souvent confondue avec cette fonction d'imitation ou de leurre. Ni l'industrialisation des techniques de reproduction et de diffusion des images, ni l'invention de l'abstraction par des avant-gardes artistiques au début du 20ème siècle n'ont véritablement suscité la démocratisation d'une pensée ontologique de l'image. Bien des artistes proposent cependant des œuvres dont l'étude aide à discerner l'image de l'imagerie. « L'image a élu le visible pour se dissimuler ». Elle est « la respiration du visible », « la modalité spécifique de la présence par laquelle se manifeste l'absence de tout objet »... Parmi les définitions nuancées que Marie- Josée Mondzain avance dans L'image naturelle*, l'une accompagne très justement le choix des œuvres constituant cette exposition : l'image serait le « libre jeu des disparitions réciproques entre le monde et nous ».


Les œuvres de la collection du Frac Poitou-Charentes constituant, avec quelques autres, cette exposition, s'agrègent ainsi selon trois axes convergents : Fausses abstractions, l'image en dépit des apparences / Effacements - altérations de l'image / La montée des images, processus d'apparition et de perception.»


Alexandre Bohn

b5043ae2-215a-4259-803e-021c20da9094

photo : Richard Porteau

The PLAYER

programme de vidéos

Du 10 October 2014 au 1er March 2015

The PLAYER, un espace au Frac Poitou-Charentes, site d'Angoulême dédié à l'image en mouvement.

En parallèle de chaque exposition, découvrez une programmation autonome au rythme aléatoire.

 

Artistes présentés : 

Arnaud et Bertrand Dezoteux
Cyprien Gaillard
Thomas Hirschhorn
Jesper Just
Benjamin Nuel
Marie Voignier
Qingmei Yao

Outside
Expérience n°8 - Entre-temps

Du 6 June 2014 au 6 June 2015

 

Frédéric Fourcaud | Petra Mrzyk & Jean-François Moriceau
Delphine Coindet | BAZILEBUSTAMANTE | Eric Poitevin | Martin Honert

 

Pour la huitième année consécutive, les étudiants d'histoire de l'art de l'université François-Rabelais de Tours exposent de juin 2014 à juin 2015, au musée, une sélection de plusieurs oeuvres contemporaines issues de la collection du Frac Poitou-Charentes.
Expérience n°8 : Entre-temps réactive le dialogue entre l'art d'hier et celui d'aujourd'hui en s'intéressant au rapport entre la force d'une oeuvre et son matériau.
Posées dans l'un des grands salons du musée, Les Pierres précieuses de Delphine Coindet reconsidèrent la préciosité des matériaux grâce aux outils informatiques. Développant la tension entre culture savante et culture populaire, les bustes de Frédéric Fourcaud et le dessin de Mrzyk & Moriceau, s'attaquent au processus de (dé)mythification de l'oeuvre d'art.
La tension entre le banal et le précieux trouve enfin un autre angle d'attaque, celui de la (dé)sacralisation, avec les photographies d'Eric Poitevin qui renoue avec la virtuosité des savoirs faire des maîtres anciens, le diptyque de Bazilebustamante qui érige l'économie en nouvelle puissance, ou encore Messdiener de Martin Honert où un simple souvenir d'enfance devient événement collectif.
L'intégration de ces oeuvres contemporaines au sein du musée inaugure un échange fécond entre les époques, et, dans cet intervalle laissé par le temps où évoluent les techniques, les thématiques et les contextes de production, tente de faire voler en éclat les perceptions habituelles.

 

Au Musée des Beaux-Arts de Tours
18 place François Sicard 37000 Tours
T 02 47 05 68 73
musee-beauxarts@ville-tours.fr
www.mba.tours.fr

 

255dbe00-52ad-42cd-ae76-22d38d49e836

Sleeping in a City that never Wakes up

David Brognon & Stéphane Rollin

Du 14 March au 7 September 2014

 

Sleeping in a City that Never Wakes up est un titre qui sonne comme un avertissement : l'exposition des artistes David Brognon & Stéphanie Rollin plonge le FRAC Poitou-Charentes dans une atmosphère nocturne, un univers dans lequel le temps semble suspendu. Jouant avec les doubles sens, multipliant les références, les oeuvres maintiennent le visiteur dans une certaine ambiguïté où cohabitent récits individuels et conventions sociales.

 

Présent dans la collection du FRAC depuis 2008, ce duo de jeunes artistes manipule un matériau sociétal brut, souvent marginal, dont les motifs récurrents sont l'enfermement et le contrôle. Des systèmes de confinement qu'ils confrontent à leurs propres systèmes de réfraction de la réalité, des prismes taillés pour faire jaillir de fugaces arcs-en-ciel minimalistes à la poésie acérée.
Les titres des pièces, souvent issus de références musicales, annoncent des récits d'addiction et d'aliénation qui sonnent comme d'interminables rengaines. Celle jouée par Devil-may-care, une oeuvre sonore composée de disques microsillon, moulages réalisés à partir de cuillères de shoot fondues, répète inlassablement les logorrhées de psychiatres des années 60. Telles des partitions qu'on ne peut modifier et frappant comme des éclairs, les lignes de destinée prélevées dans les mains de toxicomanes sont reproduites en néon dans l'oeuvre Fate Will Tear Us Apart : quels choix peut bien laisser la dépendance ? Quels accidents marqueront nos vies ? Et de façon plus plastique, y a-t-il un motif récurrent dans la main de ces dépendants ?

 

Une fascination récurrente des deux artistes pour les sillons tracés, les systèmes de rangement, donc d'enfermement. L'horloge 8m2 Loneliness (A130) s'arrête lorsque l'on rentre dans la salle, une ellipse qui résume et marque la vie carcérale. Tandis que dans la vidéo The Most Beautiful Attempt, un jeune garçon tente inlassablement de maintenir le tracé de lignes de sel dans les rayons du soleil qui se déplacent au sol. L'espoir capté dans la candeur de son mouvement perpétuel. Rester dans la lumière coûte que coûte. 

 

De nouvelles productions métaphoriques viennent compléter cet ensemble d'oeuvres récentes à la matérialité dure et réfléchissante d'où jaillit, parfois de manière à peine perceptible, une allégorie du vécu. La série de photographies Famous People have no Stories, écho des lignes de destinée déjà abordées par le tandem, archive méthodiquement les paumes de main d'hommes statufiés par la gloire, lissées par la postérité. David Brognon et Stéphanie Rollin captent des étincelles avec des dispositifs qui mettent en tension permanente l'invisible et la lumière, l'intangible et le physique comme des blocs de réalité limpide entrechoqués toujours plus finement.

invitation-copie

2012

c’est incroyable comme on grandit

en partenariat avec l’ÉESI

Du 12 October 2012 au 3 March 2013

 

Exposition de jeunes artistes issus de l'ÉESI 
(École Européenne Supérieure de l'Image) 
Sélection parmi les diplômés (DNSEP 2012)

 

Prospecteurs actifs, les FRAC possèdent cette capacité de faire le grand écart entre des artistes devenus des références historiques qui fondent la valeur patrimoniale et une scène émergente de la création contemporaine.
Il s'agit cette fois d'une toute jeune scène artistique que l'on peut découvrir dès cet automne au FRAC Poitou-Charentes à Angoulême. L'exposition se construit autour d'une sélection d'artistes fraîchement diplômés de l'école d'art de la région : l'ÉESI (École Européenne Supérieure de l'Image).
Installation multimédia, vidéo, dessin, peinture, sculpture... l'étendue des médias utilisés est aussi vaste que les recherches plastiques initiées sur les deux sites de l'école (Angoulême et Poitiers) et dans les trois mentions du diplôme option Art (pratiques émergentes, création numérique, bande dessinée).

 

Artistes présentés :

Clément BOULADOUX | Nicolas COMTE  Lucie DESAUBLIAUX | Leï FANG | Baptiste FERTILLET-Émilie ROUTE | Olivier GAIN | Marie-Laure GUCCIARDI | Carine KLONOWSKI | In Ju KWON | Shuo WANG | Fabien ZOCCO

 

eesi-frac-image

SESSION #3

Moolinex, Pascale Rémita

Du 29 June au 15 September 2012

 

Si les technologies contemporaines facilitent l’accès aux images, elles accroissent d’autant plus, par leur vertigineuse profusion, la difficulté de saisir leurs nature et réception. Chez Pascale Rémita, le tableau fait office d’arrêt sur image, telle une tentative de rendre tangible le flux de la perception. Interrompre le flot, le cadrer, mettre en relation, voilà peut-être aussi l’actualité à rebours de la peinture, un médium parfois perçu comme obsolète. Mais ici, malgré l’arrêt, la sensation de vertige ne s’estompe pas. Dans un troublant va et vient, les tableaux se répondent, tissent un univers fictionnel et expérimentent le champ de la vision : de la macro à la micro, du flou à la netteté ou encore des effets de superposition et de réflexion. Cette acrobatie du regard, nourrie de jeux de réminiscence et de persistance, stimule tout autant l’oeil récepteur que l’oeil acteur en éveillant la capacité physique et mentale à faire image.

 

Imprégnée d’une culture alternative punk-rock, l’oeuvre de Moolinex se développe à la marge de la bande dessinée et du graphisme. Relevant de la sphère des pratiques artistiques dites « singulières », son travail plastique fait la place belle aux mots qui maillent ses peintures, dessins, estampes et autres broderies comme autant de traits d’esprit lapidaires et irrévérencieux sur la société.

remita-lacrvb-150

Pascale Rémita, Sans titre, huile sur toile, 120x250cm, 2009

moolinex-filedattente-150

Moolinex, File d'attente chez St Pierre

Sunset

dans le cadre du parcours Songe d’une nuit d’été avec les Frac Centre et Pays de la Loire

Du 16 June au 19 August 2012

 

Quelques décennies avant que ne s'impose pour longtemps un théâtre classique réactivant l'académisme de la tragédie antique, William Shakespeare, avec A Midsummer Night's Dream, se joue de la règle des trois unités. À l'unité de temps, il préfère la puissance dramaturgique du crépuscule et de l'aube et le dualisme symbolique du jour et de la nuit. À l'unité de lieu, il préfère le passage du domestique à l'espace public, l'échappée belle, la poursuite, la définition de la forêt comme site spécifique de réalisation des utopies, et le retour. À l'unité d'action, il préfère le montage convergeant d'initiatives hétéroclites et la liberté que permettent le songe et la pensée magique.

Rien d'étonnant à ce que ce théâtre de la mise en tension des aspirations contraires, de la sublime formalisation des contraintes, de l'expression de la voix de l'inconscient contre la dictature de la raison, rien d'étonnant à ce que ce théâtre baroque, donc, serve d'illustre prétexte à un parcours d'expositions d'art contemporain.
Sunset organise en clair-obscur un choix d'oeuvres inspiré par des thèmes de la pièce de William Shakespeare : le retrait du monde, l'anticonformisme, l'utopie partagée, la sensualité, le corps contraint, la violence du désir, la légitimité du plaisir et les forces de l'esprit.

 

Alexandre Bohn

 

 

Fonds Régional d'Art Contemporain Poitou-Charentes site de Linazay
rN 10, sortie Linazay | 86400 Linazay
05 45 92 87 01 | frac.pc.angouleme@wanadoo.fr
www.frac-poitou-charentes.org

 

 

sunset-image-300-cmjn

SESSION #2

Bruno Petremann, Erwan Venn

Du 13 April au 23 June 2012

 

À rebours d'un produit marketing dont l'efficacité se jauge dans l'équilibre entre optimisation technique et satisfaction d'un désir, le travail de Bruno Petremann évoque une génération spontanée croisant la biologie et le design. Telle une résistance viscérale à l'uniformisation du goût, la lisse résine convulse et se mue en boursoufflures quand les modules géométriques subissent un développement viral. Ses volumes, dont l'échelle convoque à la fois la sculpture et l'architecture, affirment leur présence dans l'espace et invitent le visiteur à adopter une posture. Hésitant à percevoir une forme qui se contient ou qui jaillit, à ressentir de l'attraction ou de la répulsion, nous vivons l'exacerbation de notre adhésion ou de notre refus des archétypes stylistiques de l'objet consommable. La résistance possible, qui témoigne de l'identité plus ou moins singulière de chacun, peut s'illustrer par Bourdieu : « les goûts sont avant tout des dégoûts » envers ceux des autres, avec lesquels il y a «une distance à maintenir» (La distinction, 1979). Les pièces récentes confirmant leur déliquescence, le dégoût s’accroît proportionnellement à l’énergie dans laquelle se fond désir libidinal et pulsion consommatrice.

 

Le décoratif, l’ornemental et les atours domestiques de la nostalgie constituent le champ de manoeuvres d’Erwan Venn. Volontiers joueur et taquin, il perturbe l’ordre des choses, en anime les calmes surfaces et révèle ainsi, à la manière de vanités contemporaines, la fragilité de l’être et l’enfance comme un état d’esprit sans cesse écorné par le temps qui passe.

 

petremann-150

Bruno Petremann, sans titre, résine polyester, 120 x 80 x 100 cm env. chaque, 2006

venn-headless-150

Erwan Venn, Headless 01, papier peint, dimensions variables, 2011

GLOCAL SESSIONS

Du 20 January au 15 September 2012

 

Six artistes basés dans la région opèrent un choix cumulatif d’oeuvres de la collection et sont invités en
trois sessions à faire jouer leurs propres oeuvres avec l’ensemble ainsi constitué.
Réciproque, Glocal Sessions est autant une expérience de lecture partagée de la collection qu’un
contexte d’appréhension des oeuvres des artistes invités.

 

Saâdane AFIF | Harry CALLAHAN | Serge COMTE | Mariano FORTUNY | Gérard GASIOROWSKI | Rodney GRAHAM | Martin HONERT | Craigie HORSFIELD | Pierre JAHAN | Jacob KASSAY | Sol LEWITT | Dan PETERMAN | Hermann PITZ | Éric POITEVIN | Philippe RAMETTE | Ugo RONDINONE | Bruno ROUSSEAUD | Jim SHAW | Roman SIGNER | Elise TAK | The Plug & Stéphanie ROLLIN | John TREMBLAY

SESSION #1

Régis Fabre, Yann Grolleau

Du 20 January au 7 April 2012

 

Le travail de Régis Fabre regorge d'une culture du pire qui, galvaudée, passe inaperçue et se trouve digérée par l'accoutumance. Si sa pratique est variée, les sujets traités révèlent tous un climat inquiétant. Se saisissant de signes ou codes connus de tous, sa diatribe emprunte les outils de l'extrême pour se jouer du glauque socialement entretenu. Il regroupe son travail sous l'appellation funk phenomena, le phénomène de la trouille. Mais il semble que ce maintien de la peur soit un symptôme, l'ingrédient d'un système bien plus insidieux. Noam Chomsky, linguiste et philosophe, a défini les dix stratégies de manipulation des masses : créer des problèmes puis offrir des solutions, remplacer la révolte par la culpabilité, faire appel à l'émotionnel plutôt qu'à la réflexion, encourager le public à se maintenir dans la médiocrité, ainsi que dans l'ignorance et la bêtise... En regard, on ressent dans la production de l'artiste une posture qui se place spontanément en contrepoint. Les oeuvres soulignent le contrat tacite de chacun et l'adhésion inconsciente au système.

 

Au fil de ses travaux Yann Grolleau tente «d’annexer» divers images, icônes et autres totems contemporains en les prenant comme matière première d’un sabotage en règle. Depuis la fin de ses études, il choisit de poursuivre sa pratique du rock à travers le prisme de la sculpture contemporaine. La transversalité s’opère grâce à la guitare qui cristallise ses recherches plastiques autant que conceptuelles. Ainsi, il s’efforce de réinterpréter le vocabulaire, l’histoire et les processus de création du milieu de la chanson et du rock en particulier qu’il prend comme ferments d’une décontextualisation; afin d’en tirer plusieurs hypothèses de sculptures, installations ou dessins.

 

fabre-liberal-300

Régis Fabre, Sans titre, peinture murale, acrylique pantone 289 et 705, dimensions variables, 2011

grolleau-plugsfbd-300

Yann Grolleau, Plugs For Bidee, 16 pièces, bois massif (charme) et prises Jack mâles et femelles, dimensions variables, 2011, photos Claire Terral

2011

IKHÉA@SERVICES

Dans le cadre de Renouveau Réalisme

Les 2 et 3 December 2011

 

Activation de l'IKH(S) n°06 Atelier H.S. Suivant un principe de perturbation du quotidien, soulignant notre goût du superflu, l'entreprise IKHÉA propose durant deux jours un service de destruction d'objets apportés par les visiteurs. Privilégiant l'échange et l'expérience, chacun en décidera le mode de destruction.

 

Samedi 3 et dimanche 4 décembre à Angoulême.

Renouveau Réalisme

Du 1er July au 4 December 2011

 

L'exposition présente des œuvres de la collection qui dérogent aux formes traditionnelles des Beaux-Arts pour mieux dépeindre leur temps. Images ou objets mettant en tension leur statut même d'œuvre d'art, ces pièces posent aussi la question des stratégies artistiques et des modalités d'appartenance des artistes à leur siècle.

 

Parallèlement, le Frac propose à Linazay la découverte d'autres œuvres de la collection qui prolongent la réflexion entamée par l'exposition présentée à Angoulême.

 

Artistes présentés à Angoulême : Michel de Broin - Jacques Charlier - Dector & Dupuy - François Dufrêne - Etcétera Fabrice Hybert - ikhéa©services - Pierre Joseph - Fred Lonidier - Ilana Salama Ortar - Slimane Raïs - Franck Scurti - Bruno Serralongue - Niek Van de Steeg

 

Artistes présentés à Linazay :

Fayçal Baghriche - Ben - Henry Bond & Liam Gillick - Alain Declercq - Martin Kippenberger -Regina Möller - Les Ready-Made appartiennent à tout le monde® - Allen Ruppersberg - Daniel Schlier - Tatiana Trouvé - Martin Tupper - Xavier Veilhan - Paola Yacoub et Michel Lasserre

 

 

etcetera-gente-armada-coll-fracpc-72-1

Etcétera
Gente Armada
2007-2009
10 personnages, papier, acrylique,médium, dimensions variables,
détail
collection FRAC Poitou-Charentes
photo : Galerie Frank Elbaz/Etcétera

David Renaud - L'horizon absolu

Du 27 January au 28 May 2011

 

du mardi au samedi de 14h à 19h - entrée libre

Frac Poitou-Charentes, site d'Angoulême - 63 bd Besson Bey - 16 000 Angoulême

t 05 45 92 87 01

www.frac-poitou-charentes.org

 

Mêlant habilement la rigueur de l'esprit scientifique à la liberté potentielle qu'offre le genre de l'anticipation, le travail de David Renaud se joue des codes pour explorer l'espace et transformer sa représentation en une expérimentation aussi physique que mentale. Les œuvres perturbent les échelles, réduisent les distances et annulent toute notion de chronologie. 

2010

Animal politique

du 19 juin au 4 décembre 2010 au Frac Poitou-Charentes - Site d’Angoulême et du 19 juin au 27 août 2010 au Frac Poitou-Charentes - Site de Linazay

Si, pour Aristote, la cité est naturelle à l'homme, Diogène le Cynique prône l'égocentrisme et l'individualisme qu'il reconnaît aux animaux. Partant du constat qu'à bien des égards, l'animalité est constitutive de l'humanité, Animal politique met en jeu, sur deux sites, un choix d'oeuvres qui mêlent l'homme et l'animal ou jouent de métaphores entre l'un et l'autre.

Site d'Angoulême — Caractères

Avec les œuvres de la collection du Frac Poitou-Charentes

Du 22 January au 22 May 2010

Vernissage jeudi 21 janvier à 18h


Artistes : Jérôme Allavena, Glen Baxter, Édouard Boyer, Marcel Broodthaers, Victor Burgin, Marc Chevalier, Sammy Engramer, Jean-Louis Garnell, Thierry Girard, Mariusz Hermanowicz, Sara Holt, Pierre Huyghe, Philippe Mailhes, Petra Mrzyck & Jean-François Moriceau, Philippe Perrin, The Plug, Allen Ruppersberg, Alain séchas, Benjamin Swaim

 

Le Frac participe au 37ème Festival International de la Bande Dessinée avec cette nouvelle exposition !

Si la bande dessinée peut se définir comme une suite de dessins dans lesquels est inséré du texte pour raconter une histoire, certaines œuvres d'art contemporain impliquant elles aussi du texte et des images, proposent quant à elles, une déconstruction de la fonction narrative attendue. Caractères met en jeu des œuvres issues de différentes collections dont celle du Frac Poitou-Charentes.?Les œuvres convoquent des images par du texte et inversement, s'amusent des codes de la BD et de ceux de l'art contemporain, ajustent l'autorité de l'auteur et le libre-arbitre du spectateur-lecteur.

sammyengramer-expocaracteresfrac1

Sammy Engramer, Speech Bubbles, 2005. Courtesy Galerie Claudine Papillon, Paris.

2009

Voyage sentimental 6 – Attraction

Du 25 October 2009 au 17 January 2010

Site de Linazay

Sur la N10 entre Angoulême et Poitiers, dans une architecture reconfigurée, un ensemble d’œuvres des collections des Frac évoque, avec la Colonial Tea Cup de Paul McCarthy, le monde ambigu des attractions et des divertissements forains.

mccarthy-teacup-fracpc

Paul McCarthy, Colonial Tea Cup, 1983-94. Collection Frac Poitou-Charentes.

Week-end portes ouvertes au Frac Poitou-Charentes

Les 17 et 18 October 2009

Site d’Angoulême

Samedi à 17h Présentation de la saison culturelle du Frac (le programme des expositions, l’actualité du Frac, les rendez-vous…), suivie d’un moment privilégié de rencontre avec l’équipe

Dimanche de 14h à 18h Ouverture exceptionnelle du Frac

15h Visite commentée de l’exposition de Rémy Hysbergue

 

Rémy Hysbergue, D’ici on pourrait croire que la vue est imprenable

Du 25 September au 12 December 2009

Site d’Angoulême

À la faveur d’un accrochage jouant radicalement avec l’architecture, l’exposition est représentative de la vigueur de la peinture toujours renouvelée de Rémy Hysbergue. 

/poitou-charentes-hysbergue-etendue-2

Rémy Hysbergue, Étendues II , 2008
Collection Frac Poitou-Charentes
Photographie © Rémy Hysbergue

2002

Heidi Wood — Apparitions collectives

Le 1er January 2002

L'exposition Apparitions collectives

Le FRAC Poitou-Charentes invite l’artiste Heidi Wood à concevoir un dispositif de diffusion d’oeuvres de sa collection. Heidi Wood est soucieuse de la diffusion de l’art dans la société. Elle s’intéresse autant aux dispositifs traditionnels de la diffusion des oeuvres (l’exposition, le marché, le musée, la collection, la documentation…) qu’aux phénomènes d’instrumentalisation des formes artistiques par les secteurs de l’industrie et de la communication.
Motif, photographie, exposition, modèle économique de commercialisation, muséographie, fiction de prestation en marketing, l’oeuvre de Heidi Wood n’est pas engagée pour ou contre mais s’assume comme produit dérivé de tout le reste.
Après étude de la collection du FRAC Poitou-Charentes, l’artiste a défini des thématiques
subjectives autour de certaines oeuvres. Pour chaque thème, une oeuvre de la collection est exposée et les autres sont schématiquement représentées en peintures murales. Ainsi, chaque dispositif présente physiquement une oeuvre qui prend place devant l’évocation fantomatique d’autres oeuvres de la collection. Protocolaires, ces dispositifs sont accueillis et réalisés par les 11 partenaires régionaux associés au projet (écoles d’arts plastiques, collèges, lycées, musées, espaces d’art contemporain). Ils seront ensuite réactivés lors de l’exposition au FRAC Poitou‑Charentes, accompagnés des documentations photographiques des présentations précédentes.

Artistes présentés : Francis Baudevin, Cindy Bernard, Delphine Coindet, Jeanne Dunning, Sylvie Fleury, J. Duplo, Véronique Joumard, Les Ready-Made appartiennent à tout le monde®, Ingrid Luche, Didier Marcel, Ilana Salama Ortar, Bruno Serralongue, Kristina Solomoukha, Jens Wolf.

Heidi Wood
Artiste - Née en 1967, Grande-Bretagne

Née en 1967 à Londres, l'Australienne Heidi Wood vit à Paris depuis 1989. En 2001, elle réalise ses premières photographies de ses tableaux abstraits mis en scène dans les décors domestiques fabriqués de toutes pièces. Depuis, travaillant entre la tradition de l'abstraction formelle et les stratégies de communication, elle mène des campagnes touristiques décalées pour les villes, cherchant à décanter l'ambiance d'un lieu dans un répertoire de pictogrammes. Ces pictogrammes sont ensuite déclinés sur plusieurs supports (peintures murales, photo-montages, tableaux, souvenirs touristiques.) pour créer des installations qui évoquent les syndicats d'initiative, ou bien qui dialoguent avec l'espace public. Actuellement, elle mène en parallèle une série de projets sur la représentation de la banlieue et un inventaire en dessin des objets contenus dans les musées du monde entier.

Heidi Wood
© Heidi Wood



Heidi Wood, Serving Suggestion n°1 pour "Budapest à la carte", 2008, collection FRAC Poitou-Charentes, photo Richard Porteau

Dates

Vernissage le 11 avril à 18h
Exposition du 12 avril au 7 septembre 2013 au FRAC Poitou-Charentes (site d’Angoulême)

Informations pratiques
FRAC Poitou-Charentes
63 boulevard Besson Bey
16000 Angoulême
T 05 45 92 87 01
www.frac-poitou-charentes.org

Heidi Wood parle des FRAC

Pour vous, qu’est-ce qu’un FRAC ?
Un FRAC est une collection d’œuvres d’art contemporain proposée à une région. Elle est déployée dans des expositions de proximité afin de provoquer une rencontre avec un public aussi large que possible.

Quelle est votre expérience la plus marquante menée avec un FRAC ?
Le projet « Apparitions collectives », développé dans le cadre des 30 ans des FRAC à partir de la collection du FRAC Poitou-Charentes, est sûrement l’expérience la plus complète car elle infiltre le mode de fonctionnement des FRAC. Je m’approprie le rôle de l’institution : proposer des associations d’œuvres au sein de la collection et les faire rayonner en région en impliquant les partenaires. J’évoque aussi les œuvres qui restent dans les réserves et l’impossibilité de tout montrer.

Un souvenir lié à une rencontre particulière avec le public ?
Le FRAC Ile-de-France m’avait permis de passer une année scolaire en contact soutenu avec deux groupes dans un lycée en région parisienne. Le projet comprenait la production d’une série de photos dont le cadre était le lycée et une exposition dans la galerie du lycée montrant une sélection d’œuvres issues de la collection du FRAC. J’ai insisté sur l’importance du cadre de monstration dans mon travail, comme un élément qui valorise ou dévalorise une œuvre. J’ai senti une vraie évolution dans la compréhension de mes préoccupations par les lycéens. En fin d’année, nous sommes allés visiter le Louvre et cela m’a amusée de voir qu’ils regardaient davantage le palais abritant le musée que les chefs-d’œuvre.

Comment voyez-vous votre travail avec les FRAC dans l’avenir ?
J’espère continuer à être associée aux projets de médiation autour de mes œuvres qui sont dans les collections. Je souhaite que les FRAC puissent encore produire des œuvres et des expositions d’ampleur malgré le contexte économique.

Les Pléiades, exposition collective réunissant les 23 FRAC aux Abattoirs - FRAC Midi-Pyrénées de Toulouse, du 28 septembre au 5 janvier 2013. Projet du FRAC Poitou-Charentes.  Apparitions collectives : mise en scène par Heidi Wood avec les représentations schématisées d'œuvres de Pierre Malphettes, Maurizio Cattelan, Philippe Parreno et Xavier Veilhan. Au sol : Didier Marcel, Black, Silver and Gold (2001) © Didier Marcel, Delphine Coindet, Rocher (2000) © Adagp, Paris, Collection FRAC Poitou-Charentes. Photo : Cédrick Eymenier