Facebook Twitter

The Frac members of Platform

Exhibitions

The Collection

Contact

Frac Bourgogne

Exhibitions

Current

Please check the website of the Frac.

 

 

Future

Please check the website of the Frac.

 

 

Archives

2015

ENTROPIE L’Ordre caché, saison 2

Du 31 October 2015 au 3 April 2016

 

Avec des œuvres de Martin Boyce, Edith Dekyndt, Gloria Friedmann, Joan Fontcuberta, Geert Goiris, Tetsumi Kudo, Matthew McCaslin, Laure Prouvost, Kelley Walker et Meg Webster, appartenant notamment aux collections des FRAC Bourgogne et Franche-Comté, du Centre national des arts plastiques, du Consortium et du musée des beaux-arts de Dole.

 

La première saison du cycle «L'Ordre caché» était une proposition de lecture d'une collection bourguignonne marquée par sa qualité, sa diversité esthétique et la multiplicité des médiums qui y sont représentés. La seconde saison, plus entropique, offre à quelques semaines de la fusion des régions Bourgogne et Franche-Comté la découverte d'atmosphères associant des œuvres issues des collections publiques bourguignonnes et franc-comtoises.

 

Le cycle « L'Ordre caché » propose une forme d'interprétation et d'investigation dans ces collections, en essayant de mettre en intelligence les œuvres et de les donner à voir et à comprendre grâce à l'expérience sensible de l'exposition. A la dimension anthropologique du rapport aux œuvres et au voir, vient s'ajouter dans le cadre précis de cette exposition une dimension « entropologique».


Ce cycle d'expositions emprunte pour partie son titre à un ouvrage d'Anton Ehrenzweig, écrit en anglais et publié de façon posthume en 1967, sous le titre The Hidden Order Of Art. Dans ce texte, l'auteur invite à s'aventurer «par-delà la représentation» pour différencier dans les œuvres d'art, un ordre de surface et un ordre caché. Ehrenzweig interroge la complexité de la perception d'une œuvre d'art, à laquelle deux types d'attention doivent être portées ; la perception consciente et la perception indifférenciée. La perception des œuvres se trouve au cœur de leur processus de création et de réception. L'art est pour Ehrenzweig une expérience à vivre.


Dans The Hidden Order Of Art, Anton Ehrenzweig propose également le concept de dé-différenciation ; à la lecture de cet ouvrage, Robert Smithson orienta ses recherches vers cette dé-différenciation, qu'il nommera « entropie ».

 

Cette seconde exposition du cycle « L'Ordre caché » se nourrit de cette notion et des réflexions théoriques de Smithson. Cette transformation progressive des structures, irréversible, est au premier rang de ses préoccupations. L'idée de l'effondrement croissant des structures, Smithson la trouve également chez Claude Lévi-Strauss, qui a expliqué que « plus une structure donnée est élaborée, plus elle sera marquée par la désintégration. (...)

Plus l'organisation culturelle d'une société est complexe, plus la quantité d'entropie produite est importante ». Dans ce désordre entropique, Smithson entrevoit la possibilité de constitution d'un processus esthétique et d'une ouverture sans limite du champ des techniques artistiques.
Inspirée de cette réflexion sur la substructure de l'art et sur l'entropie structurelle de nos sociétés et de la Terre, l'exposition présentée aux Bains du Nord invite à comprendre la complexité de l'art et de la création plastique en donnant à voir des œuvres partageant l'idée de l'entropie de la technique et soulignant, comme l'écrit Smithson, l'existence d'un « climat de la vue ».

 

C'est aux premières impressions et à la rencontre avec dix-huit œuvres de dix artistes, dont certaines sont des premières entrées en collection publique française, que le spectateur est convié. « Le spectateur est soumis à une climatologie du cerveau et de l'œil » et confronté à des médiums extrêmement différents (dessin, photographie, sculpture, vidéo et installation).


L'exposition présente dans les salles des Bains du Nord différentes atmosphères, différentes expériences dans un parcours libre fait de ruptures. Certaines œuvres créent un lien d'une salle à une autre, d'une atmosphère à une autre, tandis que l'œuvre de Laure Prouvost fait le lien avec la première exposition du cycle. La black box où se joue cette œuvre plonge le visiteur dans un étrange théâtre de l'objet et une forme de narration particulière. L'espace sculptural des différentes salles propose une autre géographie, comme avec les œuvres de Martin Boyce, qui suggèrent une narration dans un espace délaissé composé d'objets identifiables dans leur fonction. Les œuvres de Gloria Friedmann évoquent la nature et son mouvement entropique, celles de Meg Webster explorent la relation complexe existant entre la nature, la technologie et l'art en produisant à partir de formes géométriques simples des métaphores de l'équilibre écologique fragile de la planète. Avec I See Sunny, Kelley Walker présente un miroir jaune et orangé dont la forme rappelle celle d'un test de Rorschach et dont le miroitement vient modifier, altérer notre perception de l'espace. L'œuvre reflète son espace d'exposition et se reflète elle-même. La « nouvelle écologie » de Tetsumi Kudo présente la survie humaine par une métamorphose organique, une réponse aux agressions subies par une union de l'homme et de la technologie. L'installation composite d'Edith Dekyndt, « L'Ennemi du peintre », explore le son et les vibrations de la nature et témoigne de la volonté de l'artiste de laisser l'œuvre se révéler au spectateur attentif.

 

L'entropie est rendue visible dans les œuvres ici exposées ; cette entropie, dont, à l'ère de l'anthropocène, la crise de l'énergie et du climat est une forme.

 

A. Handa-Gagnard

 

2014

Outside
Bel Air, 1965

Olivier Mosset

Du 4 October 2014 au 1er November 2015

 

Olivier Mosset est une figure artistique majeure de la scène contemporaine suisse, française et internationale. Plus particulièrement connu pour sa peinture abstraite géométrique, l'artiste parcourt également d'autres espaces artistiques que celui de la peinture. Cette exposition inaugurale de l'Antenne Saint-Christophe du Frac Bourgogne entend donner à voir cela en trois œuvres dans ce nouveau lieu situé à proximité immédiate de l'œuvre sculpturale de l'artiste intitulée Pont de Paris II réalisée dans le cadre de la procédure Nouveaux Commanditaires de la Fondation de France.

 

L'Antenne Saint-Christophe, nouvel espace d'exposition permanent du Frac Bourgogne, occupe la partie droite du garage Saint-Christophe. Ce garage acheté au tout début des années 1920 par les frères Gabriel et Edmond Boulot, qui a retrouvé un usage professionnel et a été restauré tout récemment par son nouveau propriétaire, porte sur sa façade située avenue Général Leclerc, les initiales de ses propriétaires historiques et actuel. Gabriel et Edmond Boulot ont nommé leur garage Saint-Christophe en souvenir et en référence à une ancienne petite chapelle située non loin du lieu du garage. Réquisitionné et occupé pour partie durant la seconde guerre mondiale, le garage Saint-Christophe redevient après guerre un lieu de rendez-vous convivial, bien connu des propriétaires de Bugatti, qui venaient y faire réparer leur véhicule. Les vedettes du cinéma de l'époque s'y arrêtaient, comme par exemple Michel Simon, faisant ainsi du garage Saint-Christophe, à l'instar de l'Auberge du Pont de Paris, un lieu phare de la vie de la Route Nationale 6.


Le garage, qui resta la propriété des Boulot jusqu'en 1963, prend aujourd'hui une dimension artistique contemporaine en accueillant la première antenne permanente du Frac Bourgogne en dehors de la capitale régionale et en s'associant au projet de revalorisation de la Nationale 6 porté par Olivier Mosset depuis un peu plus de dix années.

Né à Berne en 1944, Olivier Mosset fit des études artistiques à Lausanne, avant de travailler comme assistant auprès des artistes Jean Tinguely et Daniel Spoerri. De 1965 à 1977, il réside et travaille à Paris. Il traverse l'Atlantique et s'installe à New York en 1977, de là il jouera un rôle déterminant d'intermédiaire entre la scène artistique américaine et la scène artistique européenne.

 

La pratique picturale d'Olivier Mosset dès ses débuts est radicale. Il produit à partir de 1965 des peintures verticales représentant la lettre A en noir sur blanc, puis arrivent les « cercles » noirs sur fond blanc parfaitement tracés à la main, dont un figure dans la collection du Frac Bourgogne.
Ce cercle sera le motif identifiant Mosset au sein du groupe BMPT, qu'il fonde fin 1966 avec Daniel Buren, Michel Parmentier et Niele Toroni. Le groupe cesse ses activités fin 1967.
Mosset abandonne le motif du cercle en 1972 et commence à peindre des bandes verticales. Avec son installation à New York en 1977, Olivier Mosset peint des peintures monochromes et donne à certaines de ces œuvres un aspect plus décoratif. En 1985, il revient au motif, il reprend notamment l'usage des bandes, maintenant traitées en oblique, comme dans Gone West de 1987 présentée ici. L'artiste en quête d'une peinture abstraite la moins signifiante possible ne cesse de questionner le médium peinture.
Dès l'aventure de BMPT, Olivier Mosset mène également une réflexion poussée sur la question de la délégation de certains paramètres de l'œuvre, cette réflexion le conduira à la production d'œuvres de collaboration.

Olivier Mosset conçoit aussi la peinture comme un objet spécifique ayant pour fonction de créer chez le regardeur une réaction spécifique et en effet, au travers de ses œuvres, il interroge aussi l'espace de la peinture, l'espace de l'œuvre, de l'exposition, du visiteur et du spectateur.

 

Depuis 2004, Olivier Mosset s'est vu confier dans le cadre de la procédure Nouveaux Commanditaires un projet de revalorisation de la Nationale 6 d'Avallon à Chagny. L'artiste va proposer un plan d'action en plusieurs étapes ; requalifier les traces d'une époque au travers de ses lieux, sites et peintures murales et procéder à la mise en perspective cinématographique du parcours. Il a ainsi produit « Le Cercle rouge » pour la salle de projection du cinéma L'Etoile à Saulieu, ce grand tondo monochrome rouge est une référence au film éponyme de Jean-Pierre Melville, dont une scène avec Alain Delon fut tournée à Bel-Air, emblématique aire de repos et restoroute le long de la RN6. Le parvis du cinéma fut également recouvert d'un semis d'étoiles faisant référence aux acteurs ayant tourné en Bourgogne.

 

Ici c'est une magnifique Chevrolet Bel Air de 1965, venant tout droit d'Arizona, customisée avec Vincent Szarek et Jeffrey Schad, qui vient célébrer le mythe automobile. Sans ceintures, ni appuie-têtes, les formes, couleurs et matières de cette voiture d'un blanc nacré irisé, habillée sur le toit et les côtés d'une trame de dentelles parme, vient dire la liberté et évoquer les road-movies iconiques. C'est aussi un clin d'œil au pilote et ingénieur suisse, Louis Chevrolet, fondateur de la marque, qui vécut à Beaune à quelques kilomètres de là de 1887 à 1899.

Avec ces peintures aux murs comme décor et destination, la Chevrolet d'Olivier Mosset est une invitation à « Faire la route »...

 

Commisariat général : Astrid Handa-Gagnard, directrice du FRAC Bourgogne

 

Informations pratiques :

Garage Saint-Christophe Route Nationale 6 Chagny/Corpeau

Ouverture les 1er vendredis du mois de 13h à 19h30

002c39ef-6f60-4c00-b33e-4fdf35f62a3a

Outside
Diana Thater

« Delphine »

Du 5 July au 21 September 2014

 

Pour l'une de ses premières expositions institutionnelles personnelles en France, Diana Thater a souhaité dans le cadre spécifique et minéral de l'église Saint-Philibert à Dijon, réactiver une pièce produite en 1999 et intitulée Delphine. Avec cette œuvre, les visiteurs sont plongés dans un monde sous-marin.

 

Eglise Saint-Philibert - Dijon
Une exposition du Frac Bourgogne et du Consortium

 

Renseignements :
Frac Bourgogne 03 80 67 18 18 / 03 80 67 07 82 / www.frac-bourgogne.org
Site officiel de Diana Thater : www.thaterstudio.com

4f9172d3-92cf-4ebf-a92a-e90bb395a6e3

"Delphine", Diana Thater

Paola Pivi

« Tulkus 1880 to 2018 »

Du 15 June au 19 September 2014

 

Après le Castello di Rivoli à Turin (Italie) et le centre d'art contemporain Witte de With
à Rotterdam (Hollande), le Frac Bourgogne accueille à Dijon, en partenariat avec
Le Consortium et le musée Nicéphore Niépce, du 15 juin au 19 octobre 2014 aux Bains du Nord, l'exposition de Paola Pivi intitulée Tulkus 1880 to 2018, seule date française, à ce jour programmée, de ce projet international.
Ce projet est une recherche historique, religieuse et sociologique en cours, qui est aussi et surtout une œuvre d'art conçue comme une archive ouverte réunissant plus de 1 100 portraits photographiques de tulkus (réincarnations de lamas tibétains officiellement reconnues).
Le Frac Bourgogne, Le Consortium et le musée Nicéphore Niépce ont souhaité s'associer autour de ce projet de Paola Pivi, pour rappeler que la Bourgogne est la terre natale de la photographie et de son développement avec des personnalités fondatrices comme le Châlonnais Nicéphore Niépce et le Beaunois Etienne-Jules Marey.

 

e026635d-811e-4eb9-811c-eebe1d2b3948

Outside
Le Baron de Triqueti

Xavier Veilhan

Du 7 May au 31 December 2014

Le Centre des monuments nationaux accueille « Le Baron de Triqueti » de Xavier Veilhan à l'abbaye de Cluny à partir du 7 mai 2014.

 

Le Centre des monuments nationaux (CMN) est fier d'accueillir « Le Baron de Triqueti » de Xavier Veilhan, à l'abbaye de Cluny. L'œuvre sera inaugurée le 7 mai prochain pour prendre place trois ans dans le cellier de l'abbaye. Créé en 2006 avec Alexis Bertrand, ce podium a été présenté une seule fois au public, lors de l'exposition « La Force de l'Art » au Grand Palais.

Installation contemporaine, elle-même support d'exposition, elle est appelée à accueillir d'autres œuvres, qui seront renouvelées tous les ans. Elle inscrit ainsi l'abbaye de Cluny dans une politique d'art contemporain promue par le Centre des monuments nationaux.

 

En 2014, un parcours de sculptures mêlant œuvres médiévales et créations contemporaines mettra à l'honneur les collections des institutions culturelles et muséales de Bourgogne. Pour l'occasion, le CMN s'associe au Consortium de Dijon, au Frac Bourgogne et au musée des Beaux-Arts de Dijon, afin de proposer une exposition d'art contemporain inédite, sur une idée originale de Xavier Veilhan. Les visiteurs pourront ainsi découvrir, parmi les artistes exposés, des œuvres de Dan Graham, de Phillip King, de Bertrand Lavier, de Jorge Pedro Nuñez, de Didier Vermeiren, mais également une sculpture en bronze de Joseph Tournois et des statues équestres de Henri Bouchard.

 

Informations pratiques

Abbaye de Cluny - Centre des monuments nationaux
71250 Cluny
Tél. 03 85 59 12 79
www.cluny.monuments-nationaux.fr

 

46fe525f6b1e1b945e7a67a498d120fe

Appel à réalisation de projet - Frac Bourgogne

Mallette pédagogique basée sur la collection du FRAC Bourgogne

Du 24 February au 14 March 2014

 

Description de la structure

Le FRAC Bourgogne est une association dont les trois principales missions sont :

- Acquérir des œuvres témoignant de toutes les formes de la création contemporaine, en vue de la constitution d’une collection,
- En assurer la diffusion, contribuer ainsi à la promotion et au soutien de la création artistique

(prêts des œuvres, expositions hors murs...),
- Sensibiliser et former les publics les plus divers à la création contemporaine.

La nouvelle politique de médiation du FRAC Bourgogne porte sur la sensibilisation à l’art contemporain du public le plus jeune possible. Dénué de tout à priori et jugements socioculturels, le jeune public s’empare avec spontanéité des œuvres qui lui sont données à voir et ose en faire une lecture subjective.

C’est en apprivoisant et en éduquant leur regard, en leur faisant découvrir les œuvres qu’il collectionne ou qu’il expose, que le FRAC Bourgogne entend amener, de manière ludique, spontanée et interactive, les jeunes à s’ouvrir à l’art contemporain.

 

Description du projet

Dans le cadre de sa politique de diffusion des œuvres de sa collection et de sa politique d’éducation artistique et culturelle, le FRAC Bourgogne souhaite proposer un nouvel outil pédagogique nomade sur l’art contemporain aux structures partenaires et aux enseignants bourguignons, à destination des enfants et des jeunes scolarisés de la grande section de maternelle à la classe de Terminale.

A la manière des mallettes pédagogiques utilisées dans le domaine de la culture scientifique et technique, l’objectif poursuivi est de sensibiliser le jeune public à l’art contemporain en prenant appui sur la collection du FRAC Bourgogne.

Cette mallette est construite en prenant en compte les programmes scolaires de la grande section de maternelle au lycée.

Cette mallette est une invitation à la découverte de l’art contemporain et propose différentes pistes de travail que l’enseignant est invité à s’approprier afin de poursuivre / ou entamer un travail en classe.

Avec « Nom’art, la mallette pédagogique nomade » (titre prévisionnel à redéfinir), le FRAC entreprend une démarche différente où ce ne sont plus les enfants qui viennent au FRAC, mais l’art contemporain qui vient à eux.

Plusieurs mallettes par niveau devront être produites, avec dans un premier temps :

- 3 mallettes pour les écoles élémentaires ;

- 1 mallette pour les collèges ;

- 1 mallette pour les lycées.


Les objectifs de cette mallette pédagogique :

- Sensibiliser l’enfant à partir de 5 ans à l’art contemporain ;

- Développer la curiosité, la créativité et la sensibilité artistique ;

- Aiguiser la capacité d’analyse, d’esprit critique, d’observation et d’expression orale face à une œuvre ;

- Aider à la construction d’une culture commune ;

- Découvrir des techniques de productions artistiques ;

- Inscrire l’art contemporain  dans un contexte historique et social en croisant d’autres disciplines ;

- Permettre aux scolaires les plus éloignés d’accéder à l’art contemporain.

 

 

Missions sous l’autorité de la Directrice du FRAC Bourgogne :

- Prise de connaissance de la collection du FRAC Bourgogne ;

- En extraire des œuvres phares autour desquelles des modules pédagogiques seront conçus ;

- Conception intellectuelle et technique de 5 mallettes pédagogiques ;

- Concevoir ces modules pédagogiques et rédiger la documentation de ceux-ci ;

- Trouver des fournisseurs extérieurs (voir aussi en interne avec l’équipe de régisseurs du FRAC Bourgogne) capables de produire les modules validés avec la direction du FRAC Bourgogne ;

- Concevoir des documents de formation des médiateurs du FRAC Bourgogne susceptibles de travailler dans les classes avec les enseignants sur cet outil.

 

Calendrier prévisionnel :

Aucune offre ne sera reçue après le 14 mars 2014.

15 mars - 25 mars 2014: examen des dossiers

31 mars 2014 : Choix du candidat, amorce du projet

13 juin 2014 : Livraison des 5 mallettes pédagogiques

 

Tout organisme ou personne habilité à facturer peut répondre à cet appel à projet.

 

Plusieurs visites au FRAC Bourgogne devront être programmées durant les phases d’avancement du projet, afin d’affiner le travail avec la Directrice du FRAC Bourgogne.

 

Les réponses à cet appel d’offre devront comprendre une proposition d’honoraire pour la prestation fournie ainsi qu’une présentation de l’expérience du candidat.

 

Contact :

Astrid Handa-Gagnard, Directrice du FRAC Bourgogne

49 rue de Longvic 21000 Dijon

T 03 80 67 07 82

Réponse à envoyer à l'adresse suivante : communication@frac-bourgogne.org

 

 

"La question du tableau" Futur simple, saison 2

Jean Degottex

Du 18 January au 25 May 2014

 

Le FRAC Bourgogne propose pour poursuivre et conclure, Futur simple, cycle d'expositions inaugural des Bains du Nord, une exposition monographique consacrée à l'artiste Jean Degottex.
Construite autour de l'ensemble de six œuvres majeures données par Renée Beslon-Degottex au FRAC Bourgogne en 1998, La question du tableau emprunte son titre au texte rédigé par Bernard Lamarche-Vadel pour le catalogue de l'exposition Degottex, présentée en 1978 aux musées de peinture et de sculpture de Grenoble et d'art et d'industrie de Saint-Etienne à l'invitation de Marie-Claude Beaud.


En une vingtaine d'œuvres produites entre 1955 et 1983, provenant de la collection du FRAC Bourgogne, d'autres FRAC et de prêteurs privés, cette exposition dijonnaise porte l'ambition de donner à voir et à comprendre ce qui fut au cœur des recherches de ce peintre français connu, mais encore sous-estimé.
Si son œuvre débute par la découverte du signe et de ses capacités expressives, très rapidement les notions d'espace et de vide vont pénétrer l'œuvre de Degottex. Lui, qui dès le début aima travailler dehors, en laissant les éléments prendre part à l'œuvre en train de se faire, tentait selon Renée Beslon-Degottex de produire une œuvre dépersonnalisée. Ainsi abandonna-t-il le pinceau pour d'autres outils.


Ce qu'entreprend également de montrer cette exposition, c'est que l'œuvre de Jean Degottex ne se structure pas autour de différentes périodes, mais plutôt que son travail est fait d'étapes successives portant chacune les acquis de l'étape précédente, suivant un processus d'enrichissement et de simplification.
Degottex est un peintre de l'espace et du vide : peintre de l'espace du tableau et de l'espace à parcourir par le spectateur, et peintre du vide, car l'espace est pensé comme vide. De même, qu'il est le peintre de la mort de la peinture et du tableau : mort de la peinture à l'huile et du tableau traditionnel. Ainsi détruisit-il le tableau en l'ouvrant sur le vide par des cercles, des demi-cercles, des fentes verticales et des trous dans la toile.


Avec la série des HORS (Suite Horspaces et Parcours Horslignes notamment), la pratique du peintre est mené potentiellement hors du tableau et de sa surface. Ces deux œuvres de la collection du FRAC Bourgogne produites pour l'exposition personnelle de l'artiste en 1970 à l'ARC-musée d'art moderne de la ville de Paris, proposent « presque la sortie du tableau ».
Editée en 1972 par la Galerie Xiane et Eric Germain et prêtée exceptionnellement pour cette exposition, Projection 20 est une expérience similaire, une « tentative ultime », par la lumière, de passer « hors tableau ».


A partir de 1972, cette recherche entre le vide et le plein va conduire Jean Degottex à s'intéresser « au corps du matériau », cette nouvelle étape se manifeste dans les Papiers pleins.
Avec cette nouvelle série, Degottex passe des formes limites à des formes transgressives en s'intéressant au support et à sa profondeur, à son envers et à son endroit. L'espace entre envers et endroit est révélé par arrachage et soulèvement.

L'abstraction de Jean Degottex naît d'une réalité et va vers une autre réalité. Sa pratique picturale repose sur l'expérience. Son abstraction part de la réalité d'un espace structuré, celui de la nature, et va vers une abstraction interrogeant la structure d'une surface plane, une autre réalité concrète.
Sa peinture ne contient plus d'images, de secrets, d'illusions ou de dissimulations, « elle dit ce qu'elle est ». Structurée autour d'une production sérielle, cette œuvre préfère son autonomie plastique aux artifices de la représentation.

La question du tableau présente des œuvres limites ; un ensemble rendant compte d'une recherche du vide extrême.

 

2010

The Unknown Group

Du 6 November 2010 au 1er February 2011

du mardi au dimanche de 14h à 18h

Frac Bourgogne - 49 rue de Longvic - 21 000 Dijon

t 03 80 67 18 18

www.frac-bourgogne.org

 

L'exposition The Unknown Group confronte des oeuvres sur l'émergence possible du sujet au sein du collectif et sur l'apparition nécessaire du sentiment collectif chez le sujet.

 

Artistes exposés : Dan Graham, Susan Hiller, Joachim Koester, Guillaume Leblon, Marc Nagtzaam

Outside
Territoires inventés

Du 15 March au 18 April 2010

Escale Charcot, 5 rue Armand Thibaud 21000 Dijon T. 03 80 51 55 70. Ouvert du lundi au vendredi de 14h à 18h, mercredi de 10h à 12h et de 14h à 18h, dimanche de 10h à 12h. Entrée libre.

 

Cette exposition présente un choix d'œuvres de la collection du Frac Bourgogne sur le thème du territoire dans le cadre du projet de rénovation urbaine de la ville de Chenôve : Renaud-Auguste Dormeuil, Marcelo Cidade, Jean Dupuy, Harald Fernagu, Daniel Firman, Séverine Hubard, Peter Garfield, Federico Guzmán et Yvan Le Bozec.

Armando Andrade Tudela

Du 6 February au 16 May 2010

 

Le Frac Bourgogne invite Armando Andrade Tudela (1975, Pérou) à produire sa première exposition personnelle en France. L'artiste poursuit sa réflexion sur les présupposés conceptuels et formels de la Modernité. Il envisage l'espace d'un point de vue architectural, géographique, social, en intégrant sa fonction de lieu d'exposition.

Hier, aujourd'hui, demain aujourd'hui, demain, hier demain, hier, aujourd'hui

Du 6 February au 26 September 2010

 

Le Frac Bourgogne invite Armando Andrade Tudela à produire sa première exposition personnelle en France. Il a récemment entamé une série d’expositions monographiques, à laquelle appartient celle du Frac Bourgogne, comme autant d’étapes dans sa réflexion sur les présupposés conceptuels et formels de la Modernité. Il y envisage plus précisément l’espace comme un environnement défini d’un point de vue architectural, géographique ou encore social mais aussi depuis sa fonction de lieu d’exposition.

2009

Week-end portes ouvertes au Frac Bourgogne

Les 17 et 18 October 2009

Samedi Visite libre de l’exposition de Cécile Bart

Dimanche Visite libre de l’exposition Oublier l’anneau de l’horizon au Musée Greuze à Tournus

 

Outside
Modification

Du 25 July au 31 October 2009

La Briqueterie • Route du Canal D974 71420 Ciry-le-Noble.

Ouvert du mercredi au dimanche de 14h à 18h

L’Écomusée Creusot-Montceau a sollicité le Frac Bourgogne afin de concevoir une exposition des œuvres de sa collection pour le site de La Briqueterie. Avec des œuvres de Lara Almarcegui, Marcelo Cidade, Jordi Colomer, Peter Downsbrough et Raphaël Galley, artiste invité.

Cécile Bart, Suspens

Du 13 June au 29 November 2009

De juin à fin novembre, Cécile Bart a investi la salle du Frac Bougogne dans son intégralité en mettand en scène ses fameuses peintures/écrans dans le cadre de l'exposition intitulée Suspens. L’espace, le corps, la lumière, la couleur jouent de leurs interactions et invitent le spectateur à vivre une expérience du regard, à la fois dense et légère, concentrée et joyeuse. 

bourgogne-bart.jpg

© Cécile Bart

Outside
Oublier l’anneau de l’horizon

Du 6 June au 31 October 2009

Musée Greuze / Hôtel-Dieu • 21, rue de l’Hôpital 71700 Tournus.

Ouvert tous les jours sauf le mardi de 10h à 13h et de 14h à 18h

À travers trois ensembles déployés dans le musée, cette exposition présente des pièces contemporaines nourries des pratiques de l’abstraction. 

2002

Alejandro Cesarco — Triangulation

Le 1er January 2002

L'exposition

L’invitation faite à Alejandro Cesarco de concevoir une exposition mettant en regard ses oeuvres et celles de la collection du FRAC Bourgogne, est le produit d’un partenariat entre le Parc Saint Léger, centre d’art contemporain de Pougues-les-Eaux, le Centre culturel de rencontre Le Prieuré de La Charité et le FRAC Bourgogne. Né à Montevideo en 1975 et résidant à New York, Alejandro Cesarco a représenté l’Uruguay lors de la dernière Biennale de Venise et a pris part à la dernière édition de la Biennale de São Paulo. Son travail, reprenant les stratégies de l’art conceptuel, s’intéresse à la narration et à sa construction, aux pratiques de la lecture et de la traduction, ainsi qu’aux relations entre mots et images.
Il interroge les différentes significations des mots et des images selon leur contexte de présentation et de perception, en prenant en considération la subjectivité et la mémoire du spectateur.
Utilisant différents médias (éditions, photographies, vidéos et installations), Alejandro Cesarco développe aussi une activité de commissaire d’exposition. Ce sont tous ces aspects de son oeuvre, qui ont motivé le choix de cet artiste proposé par le Parc Saint Léger – «Hors les murs» pour cette première exposition d’art contemporain dans la «Cité du Mot».

Alejandro Cesarco
Artiste - Né en 1975, Uruguay

Figure majeure d'une génération d'artiste prenant les stratégies de l'art conceptuel par leurs marges, et fils spirituel de John Baldessari, Alejandro Cesarco (né en 1975 à Montevideo en Uruguay et vivant à New-York) partage avec le conceptualisme une attention constante pour la lecture et pour la relation image-mot. S'intéressant aux structures qui sous-tendent le langage, il en matérialise les traductions, répétitions, incompréhensions et travail de la mémoire.
Alejandro Cesarco a représenté l'Uruguay à la Biennale de Venise et a reçu le Baloise Art Prize pour son installation à Art 42 Basel en 2011. Suite à ce prix, le Museum Moderner Kunst à Vienne l'a accueilli pour une exposition solo en septembre 2012. Editeur reconnu, Alejandro Cesarco dirige A.R.T Press, avec la collection très remarquée des « Between Artists ». Il est représenté par les galeries Murray Guy à New York et Tanya Leighton à Berlin.
« Triangulation » est sa première exposition d'envergure en France.

Vue de l'exposition Le FRAC s'invite au Consortium,Conversation entre les oeuvres des collections, Le Consortium, Dijon, 23 octobre 2012 - 13 janvier 2013.
OEuvres de Hans Haacke, Buhrlesque, 1985 et Pierre Huyghe, Sans titre (Ramoner), 1994. Collection FRAC Bourgogne. Photo : André Morin
© Hans Haacke, ADAGP, Paris, 2013 et Pierre Huyghe, ADAGP, Paris, 2013.

  

Alejandro Cesarco, If In Time, 2012 © Droits réservés

Dates

Vernissage le 6 juillet 2013

Exposition du 7 juillet au 1er septembre 2013 et le weekend des 14 et 15 septembre 2013 (Journées européennes du patrimoine) au Centre culturel de rencontre Le Prieuré de La Charité, La Charité-sur-Loire (Nièvre)

Informations pratiques
www.frac-bourgogne.org

Co-production : 

- Centre culturel de rencontre, Prieuré de La Charité, Cité du mot
- FRAC Bourgogne
- Parc Saint Léger-Hors les murs

Alejandro Cesarco parle de l'exposition

Triangulation* retrace le rapport entre le désir et l'écriture, ou de façon plus générale, entre le désir et la création de différentes formes de fiction. L'exposition suggère que le désir entre deux personnes fait souvent intervenir un troisième élément, dans ce cas métaphorisé ou sublimé dans les différentes œuvres d'art présentées. L'ensemble de l'installation laisse entrevoir un cadre intime, dans lequel les spectres d'un passé donné semblent hanter un certain nombre de récits en suspens. La configuration amoureuse est pensée comme une triangulation, souvent présentée sous la forme de deux amants et de la distance qui les sépare (qu'elle soit réelle ou imaginaire). Les questions de perception sont ainsi, à de nombreux égards, de la plus haute importance dans ce contexte. Le fait de maintenir une nécessaire distance entre l'amant et l'être aimé peut aussi signifier que l'amant est en réalité amoureux de l'amour lui-même. Nous en venons également à pressentir que le spectateur et l'amant attendent respectivement de l'acte de voir et de l'acte d'aimer des expériences de même type, qui symbolisent un recours à l'inconnu. (Aristote dit que ce mouvement commence dans l'acte de l'imagination, qu'il appelle phantasia).

La triangulation concerne la figure géométrique formée par la perception que les deux amants ont l'un de l'autre, et les disparités inhérentes à cette perception. Triangulation fait intervenir diverses tactiques visant à garder l'espace du désir ouvert et actif, plus particulièrement à travers le discours. Si le désir est toujours une histoire dans laquelle l'amant, l'être aimé et la différence qui les sépare interagissent, l'interaction est quant à elle une fiction élaborée par l'esprit de l'amant.

* Ce terme et nombre des idées mises en avant dans les paragraphes suivants doivent beaucoup à Eros The Bitersweet d’Anne Carson (Dalkey Archive Press, 1998).

Les Pléiades, exposition collective réunissant les 23 Frac aux Abattoirs - Frac Midi-Pyrénées de Toulouse, du 28 septembre au 5 janvier 2013
Projet du FRAC Bourgogne. Œuvres de Alejandro Cesarco, Index (a novel)(2004) © droits réservés, courtesy of the artist and Murray Guy, New York ; On Kawara, Feb.8, 1982 (1982) © On Kawara ; Man Ray, Sans titre (Profil) (s.d.), L'œuf et le coquillage (1931-1975) © Man Ray Trust / Adagp, Paris. Collection FRAC Bourgogne. Photo : Cédrick Eymenier